AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Dim 6 Oct - 16:58

La nuit était en train de tomber et on pouvait apercevoir le ciel rougit par la fenêtre. Elle ne connaissait pas le nom de l'établissement, mais l'odeur qui s'en échappait lui avait mis l'eau à la bouche. L'auberge où elle avait élu résidence avait des lits confortables et sans parasites, mais la cuisine, ça, c'était tout autre chose. Il faut dire que celle qui s'en occupait était la femme de l'aubergiste, une dame bien impressionnante s'il en est, et personne n'avait jamais osé lui dire quoi que ce soit. Elle n'allait jamais se coucher avec que le service du soir ne soit passé, car les vapeurs de cuissons suffisaient à la mettre mal à l'aise. Elle soupait donc ailleurs, sauf quand elle n'avait pas d'autre possibilité.

La pièce où elle se trouvait était plutôt animée : outre un aspirant barde qui grattait une cytare dont l'une des cordes était manifestement désaccordée, une bande de marchands discutaient bruyamment du manque de marchandise venant de Haut-Jardin depuis que le Bief s'était allié au Barathéon, l'un d'eux prédit une crise alimentaire imminente, un autre lui rit au nez. La serveuse, une jeune fille bien en chair, sentant venir une éventuelle dispute, apaisa les tensions en passant remplir leurs verres avec le sourire. Myria la héla d'un signe de la main pour commander un souper (quoi que ce soit ce qui dégageait ce fumet, ce ne pouvait être que délicieux) et un pichet de vin. Elle ne s'attendait à rien d'extraordinaire, mais elle n'arrivait décidément pas à s'habituer à la bière. Elle jeta un œil autour d'elle. La salle était plutôt bien entretenue. Propre, en tout cas. Elle n'avait pas tardé à apprendre qu'à Port-Réal, c'était une denrée assez rare.

Elle était contente d'être venue ici. Enfin, pas dans cet établissement, à Port-Réal. Même si la ville n'avait pas été à la hauteur de ses espérances, elle avait appris, elle avait grandi. Le conflit actuel n'avait pas le même impact chez elle. Elle n'avait jamais été en danger avant, n'avait jamais pris de réels risques, pas sans une escorte pour veiller sur elle. Mais une vie protégée n'était pas ce à quoi elle aspirait. Avoir des gardes, oui, mais les vieux barbants qui lui étaient assigné lui aurait donné envie de pleurer d'ennui. Où se trouvaient les jeunes chevaliers pleins d'esprits montés sur de splendides palefrois ? Ailleurs, visiblement, alors ailleurs elle s'était rendue.

Le plat arriva, un ragoût de mouton garni de pommes de terre, de navets et même de carottes. Un vrai délice, à vrai dire, comparé aux brochettes de viande indéterminée, mi carbonisées mi crues, qui étaient vendues en rues à la criée. La serveuse vint reprendre l'assiette vide et en profita pour allumer quelques chandelles. Il faisait maintenant nuit noire à l'extérieur. Un demi pichet de vin l'attendait encore, elle remplit son verre pour passer le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Lun 7 Oct - 10:10

[HJ : J'espere que ça t'ira Sinon au pire dis le moi hein o/ ]

Ce soir, j'avais laissé Alyn - ou quel que soit son vrai nom -  promener seul. Ce n'était pas que je le surveillais comme une mère ou quoi que ce soit, c'était juste que … ben, j'avais signé les papiers qui m'en rendait responsable, et au nom de la garde de nuit, je devais m'occuper de lui, et m'assurer qu'il ne fasse pas de bêtises. Oui mais voila, je l'avais un peu entrainé, j'avais conversé avec lui, et je lui faisais confiance. Il n'était pas stupide de toute façon au point de vouloir s'échapper comme ça, en milieu de Port-Réal, avec les soldats peu agréables et le reste. Non, si il ne voulait vraiment pas arriver au mur, il serait intelligent au point de s'échapper en route. Peut être quand nous traverserions le Conflans. D'ailleurs, peut être qu'a ce moment la, ce serait moi qui m'échapperait. Retrouver la maison Mallister, et les fastes d'un vrai repas. Retrouver un lit confortable plutôt que retrouver le mur… Combien de fois y'avais-je pensée ? Combien de fois avais-je regretté de m'être enfuie de chez moi depuis dix années déjà. Certes j'avais voyagé, j'avais visité le monde, connu le bonheur et des désillusions. Certes j'avais tenté de me rendre utile, et j'avais finalement rejoint la lutte sur le mur… Mais finalement ce n'était pas vraiment la vie dont je rêvais. Oh bien sur, on ne me posait pas vraiment de questions. J'étais Sethen Rivers, le bâtard des Conflans, l'effeminé… Celui qui avait les traits d'une femme, mais qu'il valait mieux ne pas embêter. Je me portais plutôt bien comme ça… C'était la tranquillité du mystère, et ça faisait plaisir… Oui mais…

Ce soir semblait être un soir propice aux maussades pensées, ou peut être était-ce du au fait que c'était la première soirée que je passais en solitaire depuis que j'avais recuperé le jeune brigand blondin dans les cachots sales de Port-Réal. Non, ce n'était pas qu'il me manquait, c'était juste que … Bah qu'importait. Poussant la porte d'une auberge j'étais acceuillie par le délicat fumé d'un mouton bien cuisiné…  Pour un peu ça en donnait l'eau à la bouche. Mais je restais légèrement perplexe, me contentant de m'appuyer au comptoir, commandant une chope de … Bah, peu importe le liquide tant que c'était légèrement alcoolisé mais pas trop. Je n'étais pas venue pour perdre mes moyens. Juste pour passer le temps. Peut être entendre quelques rumeurs intéressantes, et puis… Peut être même rencontrer des gens intéressants… ?

Vetue du manteau noir de la garde de nuit, les cheveux a moitié dissimulés dans la cape à l'arriere, j'avais conscience d'attirer quelques regards, mais les frères jurés étaient toujours une vision agréable non  ? Ou inquiétante… Il était vrai que pour la plupart nous n'étions qu'un ramassi de brigands, oubliant que certains rejoignaient par réelle conviction. Comme moi. Qu'importait les regards, je jaugeais moi aussi un peu la salle, espérant voir quelques visages susceptibles de se démarquer.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Mar 8 Oct - 12:04

Myria regardait le fond de son verre vide avec attention. Elle pensait au passé, à son père, il faudrait qu'elle envoie un message à son père, pour lui faire savoir qu'elle allait bien. Pourrait-elle demander un corbeau chez un des nobles de la capitale ? Le bruit de la porte qui s'ouvrit brusquement la sortit de ses rêveries et lui fit lever les yeux. Vêtu de noir de pied en cape, il s'avança jusqu'au comptoir. Malgré le capuchon, elle avait aperçu un éclat doré se refléter dans ses cheveux. Le jeune homme était svelte et avenant, sa tenue noire semblait indiquer l'appartenance à la Garde de nuit, mais que faisait-il si loin au Sud ? Il semblait d'humeur maussade, mais elle-même devait sûrement avoir l'air déprimante, assise toute seule à sa table, en tête à tête avec son pichet. C'était sans doute la personne la plus intéressante qu'elle allait rencontrer ce soir (après tout, il avait voyagé plus loin au nord qu'elle ne pouvait s'en vanter). Elle reprit dans sa coiffure une des mèches qui s'était évadée, remplit son verre avec ce qu'il restait dans le cruchon et posa son regard sur le nouveau venu.

Il était plutôt beau, pas la beauté virile que pouvait avoir certains chevaliers, mais il avait une certaine élégance impossible à nier. Il était rasé de près et ses cheveux, plutôt longs, était bien entretenus. Ses vêtements, de laine et de cuir, était aussi propre et en bon état qu'il était possible. Lorsqu'il commanda, sa voix était douce et agréable. Certaines rumeurs colportaient que la garde de nuit n'accueillait que des brigands, des violeurs et des assassins. Cet homme n'avait pourtant l'air d'aucun des trois. Or, pour peu qu'on lui ajoute des vêtements colorés, il aurait plutôt fait penser à un barde, à qui plairait beaucoup d'autres jeunes bardes. Cependant, Mestre Edwyn lui avait plusieurs fois répété de ne pas juger un livre à ses enluminures. Et lorsque le regard du jeune homme balaya la salle et croisa le sien, elle sourit et lui fit un clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Mer 9 Oct - 8:59

Rester seule à penser à ce qui était et ce qui aurait pu être n'était finalement pas la meilleure façon de passer la soirée. Mais il fallait bien faire quelque chose, et pour une fois que j'étais dans une grande ville, autant en profiter. Le Jeune Alyn, aussi en profitait, et j'espérais qu'il ne fasse pas trop de bêtises, ce n'était pas que je tenais a tout prix à le ramener au mur, c'était juste surtout, que je m'étais prise d'affection pour le jeune homme, et que je ne voulais pas qu'il lui arrive malheur. Peut être étais-je trop sensible pour recruter des hommes et les envoyer à la mort… ? Ou peut être perdais-je la main ? Moi qui dans le futur n'avait guère été la plus sensible des personnes. Je vieillissais. C'était la seule explication que je trouvais. A vingt-cinq années d'existences, je me sentais déjà vieille et lassée d'avoir trop bougé, combattu, lassée d'avoir trop vécu.

Qu'importait. Ça n'avait que guère d'importance, et demain les choses aux quelles je pensais ce soir seraient déjà oubliées. Demain, il me faudrait me rendre au Donjon Rouge, et essayer d'apercevoir une dernière fois Sansa Stark, savoir si elle avait des messages à porter à Jon, ou a ses frères, - que j'espérais bien retrouver au passage - et puis nous partirions. La route vers le mur serait longue et douloureuse, il faudrait éviter les zones de guerre, et pourquoi pas, faire un détour dans le Conflans. Oui, pourquoi pas… Oh, nous verrions. Peut être que nous serions retardé dans la capitale de toute façon, alors il était inutile de tirer des plans sur un futur incertain.

Regardant vaguement la choppe de boisson devant moi, je la quittais des yeux pour balayer la salle du regard. Peut être que quelqu'un aurait de la conversation intéressante à offrir à un garde de nuit. En y repensant j'aurais du demander au Nerbosc de se joindre à moi. Chevalier à la cours il avait toujours des bonnes histoires à raconter. Cela dit, il n'était pas la, et j'étais seule, enfin, seul, aux yeux des gens… Voyons voir donc, un homme assez replet dormait sur son assiette dans un coin, tandis qu'a gauche deux jeunes gens préparaient quelque chose, parlant trop bas pour que je ne les entende… Et puis une jeune femme, de longs cheveux blonds, ondulés la où les miens étaient lisses, seule à sa table en tête a tête avec sa boisson. Elle avait l'air d'une fille de bonne famille, peut être d'une famille noble, peu habituée probablement à ce genre d'endroit.. Elle avait l'air loin d'être à sa place, mais elle en semblait satisfaite. Et malgré moi, même si je me disais qu'il ne fallait pas tirer de conclusions hâtives uniquement sur une apparence, je ne pouvais m'empêcher de me dire que c'était dangereux pour elle en un tel lieu. Oh bien sur, l'auberge était tout ce qu'il y'avait de plus propre et bien fréquenté, mais tout de même…

Au fond, si j'avais rejoins la garde de nuit, et si j'avais revé d'être chevalier - ce que l'on m'avait refusé, peut être aurais-je du aller en Essos ou ailleurs, la où les femmes étaient reconnues -c'était pour protéger les gens, le peuple, la noblesse, protéger les femmes, les enfants, et les hommes aussi. Determinée, et légèrement galvanisée par mes pensées héroïques, mue par mes pensées maussade également, je lui souriais en retour et finissais par me lever pour me rapprocher de sa tablée.

« Pourrais-je avoir l'honneur de me joindre à vous? » Peut être était-ce assez direct ? Peut être un peu trop. Mais au pire, une gifle cuisante, endolorirait ma joue.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Mer 9 Oct - 19:41

Le jeune corbeau releva la tête de sa choppe. Ses yeux balayèrent la salle et, lorsqu'il vit qu'elle lui souriait, il lui répondit par un autre sourire. Une réponse plutôt positive, alors même qu'elle s'interrogeait sur ses préférences. Il avait un beau sourire, même si il y avait là une touche de douceur à laquelle on ne s'attendait pas chez un homme. Son regard dévia et elle remarqua qu'il avait une fine cicatrice sur la joue, ce qui souleva également son poids de questions. D'où pouvait-elle bien venir ? Il se leva de son tabouret de comptoir et se dirigea vers elle d'un pas si déterminé qu'un instant, un doute lui traversa l'esprit. Il avait l'air honnête mais, depuis l'incident de l'autre jour, elle était devenue méfiante. Et si son apparence n'était soignée que pour la mettre en confiance ? Et si elle se trompait sur son compte ? Mentalement, elle se sermonna. Tout ce voyage pour finir par devenir paranoïaque en mettant des "si" dans toutes ses pensées ? Elle se força à rester détendue, mais ça ne l'empêchait pas d'être un minimum prudente. Son couteau était bien à sa place, caché dans sa botte. Et la pièce n'était pas vide : un malfrat ne tenterait rien avant qu'elle sorte de l'auberge, attendant l'anonymat de la nuit. Cependant, il se pouvait que ses intentions soient les meilleures du monde et elle ne laissera pas une seule mauvaise expérience ruiner les belles possibilités de rencontres qui s'ouvraient à elle. Aussi, lorsqu'il lui demanda de manière polie, mais pour le moins directe, la permission de se joindre à elle, elle accepta sans hésiter :

« Mais bien sûr, prenez donc une place. » dit-elle en se déplaçant sur le banc qu'elle occupait et en tapotant l'espace libre qu'elle venait de créer à ses côtés.

De près, ses traits lui paraissaient encore plus harmonieux et le fait qu'il ne sente ni le vomi, ni la vieille bière, ni la sueur ne gâchait rien. Il semblait plus âgé qu'elle d'au moins quatre ou cinq ans, mais c'était loin de la gêner. Elle ne s'était jamais intéressée aux adolescents ; ils étaient en général stupides et ne savait pas comment se servir de ce qu'ils désiraient tant utiliser. Au pays de la Reine-Guerrière Nyméria, rares étaient les jeunes filles à atteindre le lit conjugal avec leur pucelage intact et Myria n'en faisait pas partie. La tenue noire de son vis-à-vis lui donnait un air mystérieux. Mais elle soulevait aussi d'autre question : Qu'est-ce qui l'avait poussé à se condamner à une éternité de servitude ? Il n'était pas convenable de poser de telles question à un inconnu, alors elle commença par faire connaissance.

« Comment puis-je vous appeler, mon ami ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Ven 11 Oct - 11:35

Poli et direct je m'étais approché de la jeune femme blonde. Ou peut être devrais-je dire polie et directe, mais j'avais légèrement perdue l'habitude de parler de moi au féminin. Il s'agissait en effet d'une situation dans la quelle je m'étais aliénée seule, et finalement j'en arrivais à oublier parfois que j'avais été une femme un jour. Certes, le soir, les miroir, et le poids des bandages etriquant ma poitrine, me rappelaient que je n'étais et ne serais jamais l'homme que j'aurais aimé être, mais à la vue de tous, j'étais Sethen Rivers, et mon prénom bien qu'étrange passait sans soucis pour purement masculin. Soit, trop de pensées ne servaient pas à grand chose, et je me mordais la lèvre intérieure me sermonnant d'avoir peut être été trop direct. Pourquoi mon impulsion première avait elle d'ailleurs, était de venir vers cette jeune femme qui respirait le voyage et la solitude ? Je n'aurais réussi à mettre le dois sur la cause de cet acte, et j'espérais désormais qu'il ne me soit pas reproché. Je ne voulais pas l'effrayer.

Par chance, ce ne fut pas le cas, et sans hésiter elle se dégagea de quelques centimètres me laissant une place de choix sur le banc à ses cotés. Et hochant la tête en me fendant d'un petit sourire, je m'asseyais, posant ma choppe à moitié pleine sur la table, et arrangeant quelques cheveux qui se perdaient dans le haut de ma cape, tirant un peu sur mon cuir chevelu.

« Je vous remercie. » Comme toujours, quand je m'adressais à quelqu'un, qui n'était pas un frère juré suintant de sueur ou un quelqu'un qui me manquait de respect, je parlais avec une voix calme et douce, légèrement éraillée, et un ton detaché et respectueux. Je parlais bien. Comme quelqu'un ayant suivi une très bonne éducation. Comme un enfant d'une famille noble, qui serait parti vivre sa vie. Et au fond, c'était un peu ce que j'étais n'est ce pas ? Me perdant quelques instants dans mes pensées, j'entendais néanmoins sa question, et plantant mon regard clair dans ses yeux bleus pales, je me présentais.

« Sethen Rivers, pour vous servir ma dame. » Et j'inclinais doucement la tête, dans un signe de salut courtois. « Puis-je oser vous demander ce qui amene une lady à boire seule ici ? » A nouveau, j'étais peut être trop direct, mais parfois, on ne se contrôlait pas vraiment.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Dim 13 Oct - 18:47

Il était décidément poli. Mais ce n'était pas seulement de la politesse, il était plus que ça, il était bien élevé. Peut-être un peu trop ? La Garde de Nuit n'avait pas pour réputation d'enseigner les bases de l'étiquette aux nouveaux venus (c'était même plutôt le contraire). La théorie du barde lui revint à l'esprit. Peut-être qu'après plusieurs verres, il se mettrait à pousser la chansonnette, ce qui la fixerait au moins sur ce point. Elle avait largement de quoi lui offrir une ou deux tournées de la boisson de son choix. Ce serait avec plaisir si ça lui permettait de faire plus ample connaissance avec le jeune homme. Oui, il avait fait des serments... Mais elle ne lui demandait pas de la prendre pour femme. Et de plus, la conversation polie lui convenait amplement pour l'instant. Elle se demanda ce qu'il devait penser d'elle ? Voyait-il une soularde, une femme mystérieuse, une charmante fugueuse ? Hum. Elle entamait sa quatrième coupe de vin. Elle était un peu ivre. Cela risquait-il de compliquer un peu les choses, ou de les simplifier ? Elle se connaissait et si elle n'agissait pas, elle risquait d'hésiter des heures.

Sethen Rivers... Si sa mémoire était bonne, il s'agissait du nom de famille donné aux batards du Conflans. Quand à Sethen, c'était un nom plutôt curieux, mais elle avait connu plus exotique. Sa propre sœur s'appelait Ynys, bon sang.Pour honorer un ancêtre retourné aux sables depuis longtemps, elle n'en doutait pas, mais tout de même. Elle n'arrivait pas à apprécier cette sonorité. Peut-être celà venait-il de l'ancien Rhoynar ? Elle n'en avait aucune idée et elle n'avait jamais osé demander à son Mestre, de peur que cela soit pris comme une moquerie envers sa sœur.

Sa question la fit sourire. Et bien, elle avait soif. Alors elle avait poussé la porte, s'était assise et avait commandé. Voilà ce qu'elle aurait pu lui répondre. Mais il avait été tellement aimable avec elle que cela lui aurait fait de la peine de se rire de lui. Elle supposait qu'il l'avait nommée "lady" vu l'évidence de sa condition, malgré le fait qu'elle s'interdisait de porter ses tenues les plus voyantes. Il lui fallait cependant lui répondre. Elle n'allait pas lui raconter sa vie entière et tout ce qui l'avait menée si loin de chez elle. Elle opta donc pour un brin l'humour, bien que l'alcool la rendait peut-être optimiste sur le comique de sa réponse.


« L'attente de votre arrivée. Mais je dois avouer que vous êtes un peu en retard. »

Elle le regarda droit dans les yeux. C'était étrange ce qu'ils avaient en commun alors qu'ils venaient d'endroits si différents. L'or dans leur cheveux, les yeux bleus clairs... On lui aurait annoncé qu'il était son cousin, cela l'aurait à peine étonnée.  L'héritage Andal était présent en eux deux, c'était évident. Ils avaient sans doute une lointaine parentée, mais qui remontait peut-être à plusieurs millénaires. Bien décidée à en apprendre plus sur cet inconnu qui avait désormais un nom, elle continua tout en souriant :

« Vous pouvez m'appeler Myria, si vous le souhaitez. Êtes-vous un bandit pour être engagé dans la Garde de Nuit ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Mar 15 Oct - 11:00

Finalement ma soirée allait mieux se dérouler que je ne le pensais, et la simple présence de cette charmante jeune femme aux longs cheveux couleur soleil, m'apportait réconfort et … occupation. Non pas que je sois du genre à séduire les jeunes femmes dans les tavernes, loin de moi cette idée la. Très loin de moi en réalité, la séduction n'était en rien mon genre, et ces affaires la ne m'intéressait pas. Mais la jeune femme était agréable, et je ne doutais pas qu'elle soit une compagnie sympathique. Un passe temps, sans aucune implications négatives à cela. J'étais en tout cas bien décidé à faire connaissance avec elle, dans une conversation chaste et polie. Tout allait bien n'est ce pas ? Pour un peu, je souriais - et en fait je souriais finalement, même si je la regardais boire un peu.

Les questions courraient dans ma tête. Depuis combien de temps était elle ici ? Combien de coupes avait elle bue ? Etait elle une soiffarde ? Non, elle n'en avait pas l'allure, ni non plus celle d'une femme de légère vertue. J'optais dans mes pensées sur l'hypothèse d'une jeune femme de bonne famille, venue découvrir le monde de Port-Réal, malgré la saleté et les soucis que connaissait cette cité en ce moment. Non, Port-Réal, n'était pas le joyaux de Westeros, et n'aurais-je pas fuis il y'a de cela dix ans, c'est avec plaisir que j'aurais fais visiter à ma jeune compagne de soirée, le Conflans et les merveilles qu'offrait Salvemer, ou plus belle encore, Vivesaigue. Qui sait ? Peut être un jour.

Mais les hypothèses et les pensées n'étaient que fugaces, et je me présentais poliment, avec courtoisie et éthique. Je n'étais guère qu'une bâtarde, un membre de la garde de nuit. Rien d'important au final. Mais j'avais été éduquée en noble, et ça se sentait dans mes paroles. J'avais revé d'être un chevalier qui protégerait Westeros, qui protégerait les lady et qui gagnerait des tournois et des guerres. J'avais fais tant de rèves, que… Qu'importait. Sa réponse me surprit cependant, et alors qu'elle plantait ses yeux dans les miens, je passais la main dans mes cheveux, un peu gênée par une phrase aussi directe. Maugréant un peu, sans vraiment râler, ou que ce ne soit négatif, je tentais de me reprendre, cherchant quelque chose à lui répondre. De l'humour. Elle devait forcément plaisanter, et il n'y'avait que l'humour qui sauvait dans ces cas la et je savais faire. L'habitude de jouer sur les sous entendus et les mystères au final.

« Aurais-je su que vous m'attendiez, je me serais haté, ma dame. »

Un léger sourire, et je simulais un salut, en inclinant ma tête devant celle qui se présentait désormais comme Myria. Juste Myria ? C'était un fort joli prénom, et le sourire finalement ne quittait pas mes lèvres alors que j'arquais un sourcil à sa question.

« Voila une question fort directe n'est ce pas ? Pensez vous donc qu'il n'y'a que les bandits qui se mettent au service du royaume tout entier ? »

Un léger rire cristallin et tout a fait féminin quitta mes lèvres, mais en une fraction de seconde, je me reprenais. Tentant de reprendre mon sérieux. J'étais un homme. Les hommes ne se laissaient pas aller à rire ainsi.

« J'ai rejoins la Garde par unique choix de ma part, si cela peut vous rassurer. » Et ce, même si au fond de moi, je me considérais un peu comme un assassin… Enfin, ces choses la… Ne .. Qu'importait pour la soirée. Cela faisait bien trop longtemps maintenant.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Dim 20 Oct - 13:38

La réponse de son interlocuteur était charmante et admirablement formulée. Son sourire mesuré et son léger salut prouvaient qu'il n'était pas un simple paysan et la fit rougir un peu. Il avait été éduqué, elle en était à présent certaine, sans doute par un petit seigneur du Conflans. Il était un bâtard, ou du moins prétendait l'être, mais certains hommes avaient de l'affection pour leur progéniture, quelque soit le ventre qui l'aie portée. Peut-être était-il fils cadet de l'un de ces seigneurs, parti courir à l'aventure ou ayant commis quelque crime. Cela ne l'étonnerait pas, c'était à peu près ce qu'elle avait fait. Dans le reste des Sept Couronnes, n'était-ce pas un crime pour une femme de refuser de se marier suivant le désir de son père ? Elle n'en était pas certaine, mais cela ne l'étonnerait vraiment pas. Du reste, elle ne craignait rien puisque dans son cas, c'était loi dornienne qui s'appliquait et avec elle, la volonté de la femme qui avait formé leur royaume. Sans doute y avait-il plus de femmes aux postes de pouvoirs dans les limites de Dorne que dans le restes de Westeros réunis. Il arqua un sourcil lorsqu'elle posa la question remettant en cause ses bonnes intentions. En même temps, quoi de mieux que de demander ? La plupart du temps, le corps de votre interlocuteur répondait plus que ses paroles, et le corps passait moins de temps à mentir.

« Vous êtes également sans détour, je ne vois aucune raison pour laquelle je me gênerai de faire de même. »

Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas autant amusée. Il était vif et plein d'esprit, juste ce dont elle avait besoin pour l'instant. Il était un mystère, ce qui était encore plus intéressant. Evidemment, il nia être un bandit. Elle s'en était doutée qu'il n'était pas un repris de justice, il n'en avait pas l'air. Mais un véritable bandit n'aurait-il pas nié avec autant de véhémence ? Peut-être pas avec autant de panache et de plus elle jugea que son visage ne mentait pas. La décision de lui faire confiance était prise. Son rire était plus délicat que ce à quoi elle se serait attendue, mais c'était plus touchant qu'autre chose. Au moment où il m'annonça que ce n'était pas contraint et forcé qu'il avait rejoins le Mur, toute sa personne sembla s'assombrir et s'éteindre un bref instant. Pourtant c'était plutôt une bonne nouvelle... Non ? Peut-être s'était-il rendu compte trop tard du sacrifice qu'il avait fait et que le regret venait le hanter. Elle n'allait pas le laisser s'attrister ainsi !

« C'est simplement que vous me paraissiez bien trop charmant pour avoir fait le choix de ne plus vous vêtir que de noir. »

Ce n'était pas la seule raison, mais c'était une d'entre elle. Et puis, c'était un compliment à peine voilé, pour se faire pardonner de l'avoir peut-être blessé. Si les chevaliers en armure étincelante qu'elle avait attendu toute sa vie avaient tous pris le noir, c'était bien la peine de voyager pour les trouver ! Elle savait que ce n'était pas le cas, ayant croisé Ser Brynden Nerbosc qui avait été on ne peut plus chevaleresque avec elle. Ainsi que le mystérieux Lionel, dont elle avait envie d'entendre les aventures. Sans parler de celui qu'elle n'oublierait jamais, mais qui ne serait jamais sien. La rumeur racontait qu'il avait pour amante de cœur Ellaria Sand, sans parler de ses multiples conquêtes. Et de ses filles, dont certaines étaient plus âgées qu'elle-même. Elle cessa d'y penser. Elle était en compagnie d'un jeune homme, là, dans le présent. Elle comptait bien ne pas se laisser hanter par un souvenir, si délicieux fut-il. Le tatouage courant sous sa poitrine sembla un instant la chatouiller, comme une main caressant ses côtes. Toujours sourire au lèvres, elle prit une gorgée de son verre de vin.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Jeu 24 Oct - 12:33

Et peut être que j'étais beaucoup trop direct, que j'aurais du modérer mes paroles. Ou peut être tout simplement que je n'aurais pas du être la, a parler sans détour à la jeune dame. Mais j'étais la, et j'allais profiter de ces rares moments de répit avant de reprendre l'entrainement avec Aeron, avant de reprendre la route aussi, et de reprendre le cours de ma vie pour retourner dans le Nord. Pour retourner à ce mur où… je gâchais ma vie ? Non. Je ne gâchais ma vie en aucun cas. Je protégeais le royaume. Il suffisait que je fasse taire cette sordide voix en moi qui me disait que protéger le royaume ce n'était pas aller récupérer quelques enfants malades dans les prisons des grandes villes pour en faire des chevaliers qui tomberaient au premier assaut, ou au premier froid venu. Non… La Garde de Nuit avait un bon fonctionnement. Il y'avait des hommes d'honneur… Même si ils n'étaient pas majoritaires. Et le Lord Commandeur Mormont était un grand homme lui.

Quoi qu'il en soit, la dame me surprenait par ses questions directes, et je n'avais guère pourtant l'habitude de l'être. Surprise je veux dire. A force de devoir garder mon existence un mystère, je m'étais préparée a bon nombres de questions, bon nombre d'éventualités. Mais jamais je n'aurais imaginé qu'une lady ne soit aussi directe. Peu d'importance, je refusais de lui manquer de respect et ainsi me fendais-je d'un doux et sincère sourire.

« Ne vous gênez pas. Je répondrais avec sincérité a toutes vos questions. Mais ferez vous de même ? »

Après tout, une fois confrontés à des questions qui les visent, les gens avaient tendance à battre en retraite dans le jeu de la vérité. Peut être serait-ce aussi le cas pour elle ? Ou peut être n'avait elle au fond, rien à cacher. Dans ce cas la je me retrouverais légèrement embêtée, mais Bon, qu'était une vie sans risque au final ?

« C'est simplement que vous me paraissiez bien trop charmant pour avoir fait le choix de ne plus vous vêtir que de noir. »

Sa phrase cette fois ne me surprit pas, tant l'avais-je déjà entendu. Un compliment, probablement sincère, mais un compliment que beaucoup avaient déjà usé. Les compagnons de la garde pour se moquer de moi, et de mes manieres, de mon regard trop fin, de ma peau délicate, de mon visage féminin… Ou bien des femmes que le cuir attirait plus que de raison. Tant de possibilités derrière une simple phrase, et une simple remarque pouvait être interprétée de tant de maniere. Pourtant, cette fois, je laissais tomber la méfiance, et je laissais mon visage se parer d'un vrai sourire.

« Il y'a cinq ans, mon impulsivité m'a amené à croire que la garde de nuit était le seul endroit où je pourrais me réaliser… Peut être ais-je eus tort. Peut être me suis-je condamnée à une drôle de vie. Mais, il faut bien que certains d'entre nous le fassent, pour protéger Westeros, et sa population. »

Ça semblait noble dit comme ça. Et ça l'était peut être… Il n'en demeurait pas moins, que je m'étais puni alors que j'étais encore jeune. Que je m'étais punie pour un crime que je n'avais pas commis, et que j'essayais désormais d'en tirer le meilleur parti. Ce n'était pas comme si j'avais le choix de toute façon. Toute désertion était passible de mort. Et je tenais encore à ma tête, la où elle se trouvait. Sur mes charmantes épaules.

Peu décidé à laisser la conversation tourner autour de moi, après avoir bu une nouvelle gorgée, je regardais la jeune femme à mes cotés, et osais prendre à nouveau la parole. Pour la questionner cette fois.

« Vous savez… Vous me paraissez bien trop bien élevée pour un tel endroit. N'avez vous quelque château où vous trouver ?  »  C'était censé être un compliment, je ne voulais pas vraiment l'offusquer. Mais peut être que je n'étais pas très doué pour ça…

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Mar 29 Oct - 13:01

Il avait l'air surpris. C'est vrai qu'elle était au Nord et qu'ici, les damoiselles n'étaient bonnes qu'à chanter des jolies chansons et à faire de jolis enfants, si elles étaient chanceuses, elles pouvaient cueillir des jolies fleurs et coudre de jolies tapisseries. Elle aurait été l'une d'elle, elle n'était pas sûre qu'elle aurait été autorisée à regarder un homme dans les yeux. Et cela faisait longtemps qu'elle avait fait plus que cela. Mestre Edwin était le seul au courant, puisqu'il lui procurait régulièrement du thé de lune pour éviter une grossesse. Il n'en avait jamais parlé à son père cependant, mais il la connaissait bien et avait vu de quels stupides prétendants elle avait eu à subir la cour. Sethen promit de répondre par la vérité, à condition qu'elle fasse de même. Cela n'était pas pour lui poser problème. Elle n'aimait pas mentir, pas sur les choses importantes. Il lui arrivait d'éluder quelque chose, de tourner autour, de ne pas dire, c'était sa façon à elle de garder les secrets. Mais souvent, elle gardait pour elle des informations simplement parce que son interlocuteur ne posait pas les bonnes questions. Cela ne la dérangeait pas qu'on sache qui elle était ou d'où elle venait, même si c'était peut-être peu prudent. Elle lui répondit donc par un sourire et un hochement de tête positif, le laissant raconter son histoire à son aise. Elle avait toujours adoré les récits. Parfois un barde venait jusqu'à leur castel et chantait des aventures contre le pain et le vin. Il eut l'air déçu lorsqu'elle lui expliqua ses doutes. Peut-être allait-il se renfrogner sous le compliment ?

Mais non, il sourit et commença à parler. Un mystère, véritablement. Elle était fascinée. Pas autant qu'elle l'avait déjà été, mais plus qu'elle ne penserait l'être en tombant sur un étranger dans un auberge de Port-Réal. Sa déclaration était assez triste, un peu teintée de regrets. Elle eut envie de poser une main sur son épaule, mais qui était-elle pour ça. Elle le connaissait à peine. Malgré tout sa main s'était levée d'elle même, elle devait bien en faire quelque chose maintenant. Alors, elle la laissa se poser sur son bras pendant qu'il prenait une autre gorgée de bière. Il baissa les yeux sur elle et lui demanda :


« Vous savez… Vous me paraissez bien trop bien élevée pour un tel endroit. N'avez vous quelque château où vous trouver ?  »

Cela l'amusa un peu et un petit rire lui échappa. Elle reprit son sérieux et lui répondit, honnêtement.

« Oh si... J'ai un château, avec un Lord de père et sans doute un prétentieux prétendant qui m'y attendent. Pas assez loin d'ici, si vous voulez mon avis. »

Elle se demanda ce qu'il en penserait de cette déclaration et espérait qu'il ne se fasse pas un devoir de la ramener chez elle. Enfin, il avait sans doute d'autres choses à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Sam 2 Nov - 12:54

C'était une soirée agréable qui se passait à la lueur des bougies, et j'appréciais la compagnie de la gente dame qui partageait ma table. Ou d'ailleurs, dont je partageais la table.. Me poussant d'ailleurs à me montrer le plus civilisé possible, usant des bonnes manieres que j'avais apprise, et que la garde de nuit n'avait pas réussi à me faire oublier. La conversation s'était engagée de maniere franche et sincère, et je ne la voulais pas autrement. Bien sur j'avais un peu peur de franchir les limites en posant des questions dérangeantes, mais ça ne semblait pas la déranger, et le fait qu'elle n'ait pas réagit par trop de questions indiscrètes à ce que je venais de lui annoncer, me rassura. Oh bien sur, je n'aurais pas hésité à lui répondre honnêtement, si elle avait été trop curieuse. Je lui aurais peut être parlé de cette belle femme aux yeux clairs qui m'avait conquis, et à cause de qui j'avais décidé de prendre le noir. Je lui aurais peut être même dis, mu par je ne sais quelle envie de vérité et de sincérité. Cela dit, c'était mieux comme ça…

Et je ne tardais pas à lui poser une question, totalement indiscrète, ce qui me gêna un peu cela dit, n'avait elle pas un château ? Une famille ?  elle me répondit cependant, et la réponse ne me surprit pas. Combien de jeunes femmes rêvaient elles de fuir les prétendants. Par chance, mon père ne m'avait jamais obligé à fricoter avec qui que ce soit. Ou peut être qu'il n'en avait pas eu le temps. Quoi qu'aprés tout… Je n'étais qu'une bâtarde…

Un léger sourire se glissa sur mes lèvres alors que je lui répondais doucement.

« Je comprends. Un vrai fléau ces prétentieux prétendants ! » Un petit clin d'oeil, je reprenais ses mots en plaisantant doucement, parce que je sentais la discussion légère malgré les quelques confidences que nous nous faisions, et ça faisait du bien. Ainsi, n'hésitais-je pas à rajouter une simple question.

« Et qu'espériez vous trouver à Port-Réal ma dame ? Si je peux bien entendu me le permettre. »

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Mer 6 Nov - 22:09

Elle se sentait bien, sans savoir si elle devait cette impression au vin ou à son compagnon. Il souriait, elle souriait et elle ne pensait plus à aucun de ses soucis. Il avait l'air de vraiment s'intéresser à elle, sans pour autant la forcer à tout révéler et cela lui plaisait. Il affirma comprendre ce qu'elle subissait lorsqu'on lui faisait la cours, mais elle doutait que ce soit vraiment le cas. Ce n'est pas véritablement qu'elle détestait être courtisée, bien loin de là. Elle trouvait même toutes ses attentions plutôt agréables. Mais elle ne tombait pas amoureuse et elle avait l'impression que ça n'arriverait jamais. La plupart des nobliaux qu'on lui avait présentés étaient aimables, gentils, pas désagréables à regarder. Ne serait-ce pas de la cruauté que d'accepter ? Non pas leurs avances, c'était arrivé quelques fois, mais leur demande en mariage. Elle ne pourrait jamais s'empêcher de les comparer à un autre et, si elle serait malheureuse, son époux le serait sans doute aussi. Un clin d’œil plaisantin la ramena à la réalité. Ce qu'elle espérait trouver à Port-Réal ? Un petit rire lui échappa. La promesse de répondre sans mentir avait été formulée, s'il n'était pas trop tard pour se débiner, elle n'était pas faite de ce bois-là. Elle eut un sourire enjôleur et répondit tentant de donner un air joyeux à cette bien triste vérité :

« Un homme. »

Elle avait, sans y croire vraiment, espéré le trouver en ville mais pour lui dire quoi ? Il ne se rappellerait peut-être même pas d'elle et elle aurait l'air idiote, à rougir jusqu'à la racine des cheveux, alors que sa contenance et son aplomb ne lui faisait que rarement défaut. Elle avait en revanche entretenu l'idée de réussir à l'oublier. Ce n'était pas encore accompli, mais au moins, elle pouvait en parler sans craindre que cela n'arrive aux nobles oreilles de son noble père. Et, regardant droit dans les yeux le garde de nuit, elle se demanda ce qu'elle allait faire : avoir une discussion à cœur (à moitié) ouvert avec un illustre inconnu ou continuer à le fixer jusqu'à ce qu'il soit persuadé que c'était à lui qu'elle faisait référence. Elle se décida pour un compromis et, après un long silence, elle lâcha :

« Un peu stupide, comme motif, je vous l'accorde. » Elle n'aimait pas vraiment se sentir idiote. Mais, comme dans toutes les situations qui s'approchait de lui, elle perdait une partie de ses moyens et de son assurance. Elle s'en excusa avec un nouveau sourire, cette fois plus désolé que charmeur.

« Je ne voudrais pas vous infliger les explications, de peur que vous vous lassiez de ma compagnie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Sam 9 Nov - 12:23

Au fur et a mesure que passait la conversation, je me sentais de plus en plus à l'aise. La jeune femme était tout ce que l'on pouvait espérer dans une compagne de conversation, et je me sentais plus noble que j'avais pu jamais l'être par le passé. Oh certes … Enfin c'était il y'a longtemps maintenant. La vie à Salvemer, et toutes ces choses la. La vie en jeune femme noble que l'on voulait marier. Bon cela dit, j'étais encore jeune et mon père n'était pas pressant, disons que j'étais probablement partie à temps, voila qui était plutôt bien non ? Quoi qu'il en soit, je me sentais à l'aise, et ça me permettait de poser des questions que ma retenue habituelle ne m'aurait pas permise de poser. Qu'était elle venue cher à Port-Réal ? La réponse me surprit, et a vrai dire me prit au dépourvu. Un homme ? Pourquoi venir chercher un homme à Port-Réal parmi toutes les villes ? Bien sur, si je prenais le temps de réfléchir d'avantage je me dirais que l'homme qu'elle était cherché était peut être un chevalier envoyé servir le roi… ? Ou peut être le roi, bien que je ne lui souhaite pas. Mais sur le coup, je ne réfléchissais pas trop, et je la fixais un long moment. Jusqu'à ce qu'elle ne se mette à expliquer un peu plus … ? Ce qui ne vint pas. Je remarquais cependant au passage, pendant ce temps de silence qu'elle avait des très jolis yeux, et un très joli sourire, même si celui ci était desolé. Doucement je lui souriais a mon tour en reprenant la parole.

« Il en faudrait beaucoup ma dame, pour me lasser de vous. » Un sourire léger sur mes lèvres, je tentais de la mettre en confiance, décidé à ne pas la stresser ou autre. Moi je voulais juste passer un bon moment avec elle. Pas dans un sens malsain ou quoi que ce soit, mais juste un bon moment quoi. Un moment sans me soucier du reste. Et puis si elle avait besoin de parler au final. Pourquoi pas. Je secouais doucement la tête avant de reprendre la parole.

« Puis, je dois avouer être assez curieux. Parlez vous d'un homme dans la généralité de la masse, ou d'un homme en particulier ? Si c'est le cas, je dois vous dire qu'un homme capable de vous faire voyager jusqu'ici m'intrigue. Il doit être le gentleman parfait. »

C'était peut être nul de ma part de poser des questions, mais au final, ce n'était pas comme si, j'avais beaucoup à perdre. Juste… Si en fait. Parce que je venais de rencontrer la jeune femme, mais je ne voulais pas non plus la faire fuir, ou que nous nous séparions en de mauvais termes.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Dim 24 Nov - 16:27

Et voilà, quelques phrases aimables, un joli sourire et la légère tristesse qui s'était installée en elle se dissipait. Il faut dire qu'elle vivait avec cette amertume depuis déjà plusieurs années. Elle en avait l'habitude, comme elle avait pris l'habitude de passer outre. C'était encore plus facile dans de bonne circonstances. Elle avait bien mangé, bien bu, était en bonne compagnie. Le vin faisait rosir ses joues et lui donnait un peu chaud. Elle n'arrivait pas à décider si son interlocuteur était simplement poli ou elle devait chercher un sous entendu dans ces phrases bien tournées. Était-ce si important ? Elle n'avait pas envie d'être seule. Lorsqu'il secoua doucement la tête, ses cheveux semblèrent un instant dorés à la lueur de la bougie. Lorsque, poussé par la curiosité, il demanda qu'elle précise sa pensée, le passage sur "le parfait gentleman" en particulier la fit rire.

« Je ne pense pas que ce soit l'opinion de la majorité... Mais oui, il s'agit bien d'un homme particulier. »

C'était le moins qu'elle pouvait dire. Bien que si il demandait à chaque homme qu'il croisait, aucun ne saurait qu'il s'agit de lui. A l'époque, elle n'avait pas osé braver l'interdiction de son père de lui adresser la parole. Une sombre histoire de famille, comme quoi, après l'avoir trouvé dans le lit de sa jeune maîtresse, le Lord Ferboys de l'époque l'aurait défié dans un duel judiciaire au premier sang. Mais alors que le prince avait guéri facilement, les blessures d'Edgar Ferboys, son arrière grand-père, s'infectent et finissent par le tuer. Si bien que la rumeur veut que l'arme du prince aie été enduite de poison. Son père, déjà âgé jeune homme au moment des faits, n'avait pas oublié et avait interdit à ses filles de l'approcher. Sans doute de peur qu'il ne le retrouve dans leurs lits à elles. Elle n'était même pas persuadée qu'il se rappellerait l'avoir jamais croisée si elle se retrouvait en face de lui.

« Je n'ai pas appris qu'il se trouvait spécifiquement à Port-Réal. Mais, après une observation minutieuse, je suis persuadée qu'il n'est pas caché quelque part à Ferboys. »

Oups. S'il était au moins à moitié aussi vif d'esprit qu'il en avait l'air, il avait compris. Elle baissa les yeux sur sa coupe et la reposa sur la table. Combien de fois s'était-elle resservie déjà ? Enfin, là aussi, est-ce que ça avait la moindre importance ? C'était un Garde de Nuit. Il était pour l'instant à Port-Réal, mais n'allait-il pas retourner bientôt au Mur ? Son père savait qu'elle voyageait bien sûr. Mais elle n'était pas certaine qu'apprendre qu'elle passait ses soirées dans des tavernes à moitié miteuses le remplirait de joie. Portant son regard sur l'extérieur (la nuit était noire déjà) puis sur son compagnon, elle décida que rester ici n'était peut-être pas une bonne idée. A cette heure-ci, les horribles odeurs de cuisines seraient sans doute un peu dissipée. Qu'elle laisse échapper ce genre de chose était la preuve qu'elle commençait à perdre ses moyens. Elle lui décrocha un de ses plus beaux sourires.

« Je pense que je ne devrais pas m'attarder, il est tard et l'auberge où j'ai loué une chambre n'est pas tout près d'ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Lun 25 Nov - 16:53

J'étais polie c'était un fait, et le fait que la jeune femme soit charmante ne faisait qu'appuyer ma politesse, il fallait en effet comprendre par la que je n'aurais peut être pas été aussi polie avec quelqu'un au visage malheureusement hideux. Contrairement à beaucoup d'autres personnes je n'allais me complaire dans l'hypocrisie qui faisait clamer haut et fort des choses que l'on assumait pas au final. Ainsi… Enfin, qu'importait, trve de digressions, je me risquais à une question, interrogeant la jeune blonde sur l'homme qui l'avait fait venir jusqu'ici. Un homme particulier selon ses dires, mais visiblement quelqu'un qui n'était pas apprécié par tous. Je hochais doucement la tête, la laissant continuer. Ainsi elle ne savait pas si il était à Port Réal, mais elle était certaine qu'il n'était… Oh. J'arquais un sourcil fin et délicat, en la regardant un peu.

« Et c'est ainsi que le charmant garde de nuit apprit d'où venait la demoiselle. Votre secret sera sauf avec moi ma Dame, je vous le promets ! » 

Elle ne pouvait certes pas le savoir, mais je n'étais pas du genre à aller ramener à leur père les jeunes femmes qui s'enfuyaient. La aussi, cette attitude aurait été tout bonnement hypocrite, en sachant à quel point j'avais révé moi, de fuir. Et comment j'avais réussi. Car oui, au final, les Mallister n'étaient plus qu'un lointain souvenir - qui certes me hantait chaque nuit, avec d'autres images que je préférais taire à mes pensées pour le moment - Soit. L'essentiel était la, son secret était en sécurité, et sur ma vie je ferais tout pour le préserver. Bien sur, le fait que je sois un peu ivre me poussait à faire des drôles de serments, mais me mordant la langue, et l'intérieur de la lèvre, je ne parlais finalement pas, me taisant alors qu'elle reprit la parole, le visage orné d'un magnifique sourire que je lui rendu.

Me levant prestement, non sans avoir fini ma boisson, je lui tendais la main, pour l'aider à faire de même, respectant jusqu'au bout ce qui faisait de moi un gentilhomme - pas très masculin, mais un gentilhomme quand même. -

« Permettez moi, ma dame, de vous servir d'escorte. Il se fait tard et les rues ne sont pas sures. Et ce sera un plaisir pour moi que de profiter encore de votre compagnie, ne serait-ce que quelques minutes. »

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Ven 29 Nov - 13:36

Si avoir dévoilé son lieu de naissance était une erreur, l'étonnement de son compagnon en valait la peine. La surprise lui allait bien. Une promesse de silence n'était pas une chose à laquelle elle aurait, en général, accordé du crédit. Mais l'alcool et le visage honnête de Sethen aidant, elle ne remit pas sa parole en doute. Elle nota, non sans s'en amuser, qu'il se décrivait lui même comme charmant. Et ce ne fut confirmé par ses manières. Alors qu'elle annonça qu'elle devait se retirer, il se leva, lui tendit la main et lui proposa galamment de la raccompagner. Elle avait l'habitude de ce genre de comportement, qui avait tendance à plus l'exaspérer qu'autre chose. Pensaient-ils qu'elle ne pouvait pas se lever seule ? Mais ici, elle lui fut redevable, n'étant pas certaine qu'elle était capable de ne pas chanceler. Elle posa sa main dans la sienne et, avec son appui, se remit sur ses pieds d'un mouvement gracieux. Fouillant dans sa bourse, elle en sortit quelques pièces qu'elle déposa sur la table, de quoi couvrir sa consommation et sans doute un peu plus.

« Pour avoir déjà goûté aux troubles de Port-Réal, je ne peux qu'approuver la présence d'une charmante escorte. »

Elle lui sourit encore une fois. Décidément, elle souriait beaucoup. Elle sortit de l'auberge. L'obscurité s'était abattue sur la ville, tout semblait un peu différent.

« Il me semble que c'est à moi de montrer le chemin. »

Était-elle venue de la gauche ou de la droite ? Elle n'aurait su s'en rappeler. Si, à droite, cette petite boutique lui disait quelque chose. Elle ne connaissait pas le nom de la rue où elle résidait, mais elle avait déjà fait le chemin une dizaine de fois. Seulement, elle n'avait pas souvent visité le quartier marchand, encore moins de nuit. Elle se dirigea, plutôt résolue, sur la droite, donnant toujours le bras au Garde de Nuit. Elle était presque certaine qu'elle ne se trompait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Sam 30 Nov - 9:33

Ainsi avais-je découvert d'où venait la Lady qui partageait ma soirée. Une Ferboys, Importante maison noble de Dorne, gardant l'accès au Col des Osseux, le blason représentait une herse noire sur champ de sable, et le Lord se nommait Anders Ferboys. J'avais appris mes leçons, les leçons politiques à l'époque où j'étais encore a Salvemer, et les nouveautés dont je m'imprégnais, sur le mur, ou en me rendant de villes en villes. J'apprenais des choses, qui me seraient peut être utiles un jour, ou qui resteraient - allez savoir - inutiles… Mais soit. Le plus important ici, était bien que son secret resterait en sécurité avec moi, en effet, je n'allais pas me mettre à aller crier partout qu'une dame de la maison Ferboys, fuyant probablement son père et sa famille, se trouvait dans une taverne mal éclairée d'une ruelle sale de Port-Réal. La conversation était close, et je ne tardais à me lever pour l'aider à faire de même, et la reconduire jusqu'à l'endroit où elle dormait. Etrangement, je supposais que son repos nocturne se faisait dans une auberge aussi peu agréable que celle qu'Alyn et moi occupions, mais je gardais mes pensées pour moi, et lâchant sa main, je la regardais poser quelques pièces, ayant précédemment fait la même chose, avant de hocher la tête, alors qu'elle approuvait mon escorte. Ses sourires semblaient fréquents, et me redonnaient chaud au coeur, ce que je ne pensais pas vraiment possible auparavant. Mais soit, je reprenais son bras.

« Je vous suis alors, ma dame. »

Alors que nous sortions, il faisait une nuit profonde, les ruelles étaient mal éclairées, et un léger vent s'était levé, me poussant à arranger un peu la fourrure qui ornait le haut de ma cape. Rien de bien dérangeant pour quelqu'un qui passait sa vie sur les neiges du Mur, mais pour une dame venue de Dorne… J'arquais un sourcil en prenant la parole.

« N'avez vous pas froid ? »

Je ne voulais pas lui imposer le poids de ma cape, ou quoi que ce soit… Mais ma façon d'être me poussait à vouloir la protéger, que ce soit des quelques rebut de la sociétés qui trainaient dans les rues, ou du vent marin qui heurtait nos corps. D'autant… Qu'elle semblait un peu perturbée par la route à prendre. Ne disant rien, je la suivais alors qu'elle passait vers la droite. Je ne connaissais pas vraiment les ruelles, et nul doute que j'allais probablement passer quelques temps à retourner à l'auberge qu'Alyn et moi même occupions, mais… ce n'était pas grave. J'étais un garde de nuit, armé d'une épée que je maniais plutôt bien - moins bien qu'un arc mais tout de même - et personne ne cherchait d'ennuis à un garde de nuit. Normalement.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Dim 1 Déc - 21:43

Lorsqu'il lui posa la question, elle se rendit compte que, si, elle avait froid. Elle était sortie sans cape, ne pensant pas rester si longtemps hors de l'auberge et ne se rendant pas compte que le printemps touchait à sa fin. Sa robe, en laine fine et simple de réalisation, la protégerait sans doute suffisamment pour qu'elle ne tombe pas malade, mais elle frissonnait un peu. A Dorne, il ne faisait jamais vraiment froid et elle n'avait jamais touché de la neige. Parfois elle s'amoncelait aux sommets de certaines montagnes, mais elle ne l'avait vue que de loin. Elle aurait peut-être l'occasion de la voir maintenant qu'elle était plus au Nord. Si le vent la gênait un peu, son compagnon lui réchauffait le bras, ce qui n'était pas pour lui déplaire.

« Ça devrait aller, tant que vous êtes à mes côtés. » lui dit-elle avec un clin d'oeil en se serrant un peu plus contre lui.

Elle regardait autour d'elle, et si les rues lui paraissaient vaguement familières, c'était peut-être parce que l'architecture de Port-Réal n'était pas très hétéroclite. La nuit qui peignait uniformément les maisons de noir ne l'aidait vraiment pas. Était-elle seulement dans la bonne direction ? En se concentrant bien, elle serait peut-être capable de retrouver son cap. Mais elle n'était pas exactement en pleine possession de ses capacités de réflexion, sapées par le vin qui coulait dans ses veines et la chaleur qui émanait de l'homme en noir. La discussion de tout à l'heure lui avait fait penser à des choses qu'elle aurait préféré oublier pour le moment. Elle n'avait pas envie d'être de nouveau seule une fois arrivée sur le pas de la porte. Porte qui n'était même pas la sienne. Silencieuse, elle dévisageait de son mieux les façades à la recherche d'une familiarité. Soudainement, elle reconnut une enseigne et la rue suivante était la bonne.


« Voilà, nous y sommes. » Elle hésita un moment puis ajouta avec un sourire taquin. « Il me reste quelques bouteilles de vin de Dorne, cela vous dirait d'y goûter ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Lun 2 Déc - 7:44

Malgré mon appartenance au sexe feminin, je n'en étais pas moins un gentillhomme courtois et sincère. Toujours aimable et prèt à tendre mon bras, ou a deployer mon épée, pour les gens qui le meritaient. En l'occurence Myria ici presente, le meritait, et c'était ainsi que je lui avais offert mon bras pour la raccompagner jusqu'a chez elle, ou du moins jusqu'a l'endroit où elle avait élue domicile. Une chose était sure en tout cas elle était charmeuse, et je n'étais pas tant habitué que l'on aurait pu le croire, aux phrases de ce genre. Oh bien sur, de temps en temps quelques balourds, ou autres choses du genre tentaient de me mettre dans leur lit, ce qui ne marchait pas, mais jamais les femmes... Peut être parce que je les fuyais. Du moins jamais les femmes autres que les serveuses et autres choses du genre. Quoi qu'il en soit... Arquant legerement un sourcil, je choisissais de ne pas vraiment repondre, me contentant de lui sourire un peu.

« On me reproche pourtant bien souvent ma froideur. »

Et lui offrant un clin d'oeil, je la laissais se blottir d'avantage contre moi. C'était vraiment etrange. Elle avait comme percé ma carapace, et je regrettais chaque moment où je lui mentais en etant IL, mais... c'était ainsi. Je ne pouvais pas me mettre a avouer la verité à chaque jolie jeune femme croisée dans une auberge. Quand bien même elle m'emouvait. Non, je ne devais dire la verité à personne...Le seul au courant de ce subterfuge était Benjen Stark aujourd'hui disparu...

Par chance, le silence fut brisé au terme d'une ruelle, quand elle m'annonca que nous y étions. Prête à me retirer, je me laissais tout de même tenter par son offre... Aprés tout ? Qu'avais je de mieux a faire ? Accepter était probablement trés risqué, mais... Je hochais la tête me surprenant moi même.

« Je ne voudrais en aucun cas m'imposer madame. Mais si ma compagnie vous sied, ce sera un plaisir.. » Et inclinant un peu la tête usr le coté je la laissais entrer dans sa demeure.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Lun 2 Déc - 21:35

Elle était un peu surprise qu'il aie accepté son invitation. La presque proposition était assez évidente et elle l'avait lancé en s'attendant se faire rabrouer. Mais peut-être que le Garde de Nuit préférait bel et bien les hommes ou qu'il n'avait pas relevé le sous entendu, peu habitué à ce genre de choses. Elle poussa la porte pour découvrir, au rez-de-chaussée, la pièce principale qui servait autant de bar et de réfectoire que d'accueil à l’établissement. La pièce était pour le moment presque désertée, quelques badauds pas trop malpropres discutaient au coin du feu sans faire attention aux deux nouveaux venus. Elle fit signe à Sethen de se diriger vers l'escalier.

« Ma chambre est au premier » crut-elle bon d'ajouter.

C'était plus qu'une chambre à proprement parler. Si ce n'était pas luxueux, elle avait un lit plutôt spacieux au regard des standards de la ville, propre et sans parasites. Une petite table et trois tabourets, une patère pour suspendre sa cape ou ce dont elle avait envie, une grande malle cadenassée contenant ses toilettes et autres diverses possessions. Une petite fenêtre donnait sur la rue. Rien d'extraordinaire, mais ce n'était pas calamiteux non plus. Il y avait une baignoire dans l'auberge et elle demandait qu'on la remplisse pour elle régulièrement, même si cela devait lui coûter plus cher. Elle aurait bien aimé être dans une chambre un peu plus confortable, mais elle le voyait comme le prix de la liberté. Elle coucherait sur une paillasse si il le fallait. Elle précéda Sethen dans l'escalier pour lui ouvrir la porte.


« Bienvenue chez moi ! » lui annonça-t-elle, mimant une révérence. Il faisait bon à l'intérieur, l'air réchauffé par le feu de la grande salle. Elle s'empressa d'aller allumer quelques bougies, pour y voir plus clair. Elle jeta un coup d’œil à l'homme tout en noir, avec cape, cuir et tout et tout. Vu comment il était couvert, lui proposer de se découvrir un peu ne lui paraissait pas déplacé. « Si vous voulez vous débarrasser, n'hésitez pas. Vu la différence de température avec l'extérieur, je crains que vous ne mourriez de chaud là dessous. Ce serait dommage, et il n'y aurait plus personne pour garder nos frontières. »

Elle n'aurait pas dû, mais son visage trahissait un air amusé. Pour garder sa contenance, elle se tourna vers la malle et en ouvrit le cadenas. A l'intérieur, elle farfouilla pour trouver deux coupes et une des bouteilles de la réserve de son père. Il ne remarquerait sans doute même pas qu'elles étaient parties, il ne buvait que lorsqu'il accueillait quelqu'un et Ferboys n'était pas ce qu'on pourrait appeler un château d'agrément. Elle alla poser tout cela sur la table et leur servit deux verres. Qu'elle lui présenta avec un sourire suave.

« S'il vous plaît, mon brave. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Sam 7 Déc - 13:20

Je n'aurais peut être pas du accepter l'invitation, mais le peu d'alcool que j'avais bu, mixé au fait qu'elle était fort charmante et gentille, n'avait pas fait résonner la sonnette d'alarme. Bon, ce n'était pas comme si elle allait me violer cela dit, et doucement j'entrais dans la bâtisse à sa suite, hochant silencieusement la tête, quand elle me dit que sa chambre était au premier, et la suivant, jettant un regard curieux sur l'établissement. Il avait l'air sain et propre, et les gens semblaient normaux.

Sa chambre aussi le semblait, propre. Plus ou moins grande pour une chambre d'auberge comme cela, je regardais un peu partout. Curieuse oui. J'étais curieuse, ou curieux, ça dépendait les moments… Et je comprenais que pour elle, cette chambre symbolisait la liberté, ce qui m'arracha un sourire. « C'est une chambre qui semble plutôt agréable. Je vous remercie de votre hospitalité. » .

Une fois à l'intérieur j'etais surprise par la chaleur ambiante, et je perdais un peu mon sourire alors qu'elle me proposait de me découvrir. C'était.. dangereux, mais ce n'était pas comme si j'avais une poitrine proéminente, ou des choses comme ça. Alors pourquoi pas. Les bandages serrés avec soin me donnaient un torse d'homme et même sans la grosse cape, mes cuirs me rendaient masculin. Sauf au niveau des épaules qui semblaient assez fines. Enfin j'étais un archer, nous passerions cela sur ce compte la. Et hochant doucement la tête, j'ôtais cape et foureau, les posant la où je trouvais de la place. Me retrouvant ainsi, désarmée et loin de ma cape. Moins impressionant peut être aussi. Mais soit. Ça ne me dérangeait pas tant que ça, et je lui souriais un peu, tout de même géné d'être la.

« Etes vous sure, ma dame, que ma présence ne vous derange pas ? Je ne voudrais pas que vos voisins de chambre ne se fassent des idées. » Pourquoi est ce que je pensais à ça d'un coup… ? Allez savoir. Sursaut de lucidité ? Qui disparaissait alors que je m'asseyais saisissant un verre. « Je vous remercie. » Ça m'avait l'air d'être un bon alcool tout ça.

[ *pas fiere de sa reponse* ]

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Dim 8 Déc - 17:30

Il avait l'air un peu intimidé, peut-être parce qu'il se sentait à nu sans sa cape et ses armes. Cela pouvait se comprendre, elle n'avait pas lâché sa dague. Il avait l'air plus vulnérable, sans ce grand manteau, ce qui ne faisait que renforcer l'impression qu'elle avait eu quand il était entré dans l'auberge, ce qui lui semblait une éternité auparavant. Il avait l'air doux, efféminé. Même elle, qui était supposé tenir le rôle de la demoiselle en détresse, avait envie de le protéger du cruel monde extérieur. Il était maintenant vêtu de cuirs, noirs, évidemment. Lorsqu'il demanda confirmation qu'il ne la dérangeait pas, elle lui répondit par un petit rire et geste de la main, pour lui signifier à quel point elle se fichait de ce que pourrait penser ses voisins. Qu'ils parlent si ils avaient envie de parler. Si cela se trouvait, vu leurs chevelures aussi blondes l'un que l'autre, ils penseraient qu'ils étaient frère et sœur se retrouvant, profitant des périodes de recrutement. Mais même s'ils étaient persuadés qu'elle était une prostituée vendant son corps à un Garde de Nuit, cela lui était parfaitement égal. Elle ne comptait pas passer le reste de sa vie ici. Il prit un verre et la remercia poliment, ce qui semblait être une habitude chez lui. Elle but une gorgée de ce vin qui lui rappelait tant la maison. Les saveurs étaient différentes, mais il y avait cette tonalité qui était particulière aux crus de chez elle. C'était tout de même autre chose que ce qu'elle avait bu tout à l'heure ! Enfin, c'était tout de même particulier, peut-être n'était-ce pas de l'avis de tout le monde. Elle posa son regard sur Sethen.

« Il vous plait ? »

Elle se posait toujours tout un tas de questions sur lui. Rivers... Le Conflans, oui, mais sans doute le fils bâtard d'un noble ou au moins d'un chevalier. Peut-être d'un autre bâtard. Mais les fils de la main gauche de basse naissance n'avait pas de nom de famille, tout simplement. Donc, elle était presque certaine qu'il n'était pas le fils de n'importe qui. Si elle avait mieux étudié sa généalogie, elle aurait peut-être su dire quelles familles de cette région étaient connues pour leur blondeur et faire des suppositions rocambolesques.

« Combien de temps comptez-vous rester à Port-Réal ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Ven 13 Déc - 10:37

J'étais on ne peut plus stressé de me retrouver seule avec une jeune femme. Il y'avait tellement longtemps que je jouais le jeu des sous entendus, des choses ephemeres que j'avais perdu l'habitude d'être sincère, seule, délicate. Fragile. Cette jeune femme en face de moi, ne demandait que de la conversation, et pourtant je me sentais comme une gamine de 13 ans en face de son premier époux. Stressée. Anxieuse. Et si elle découvrait par je ne sais quel biais, que je n'étais pas l'homme que je prétendais être. Et si elle me sautait dessus. Non, je chassais cette idée de ma tête, elle était polie, et bien élevée. Ça n'arriverait jamais.

Par chance je parvenais à me calmer, faisant une énième fois preuve de trop de politesse pour un garde bâtard, et par chance, elle ne posait pas de suite de question, me signifiant d'un rire délicat qu'elle se fichait probablement des rumeurs du voisinages. M'en voilâ soulagée je suppose.

Le vin était délicieux, et je le buvais posément, esquissant un doux sourire alors qu'elle s'enquérait de savoir si il me plaisait. Mes lèvres parlèrent la, plus vite que ma tête, mais ça ne me dérangeait pas vraiment.

« Il est délicieux, ma dame. Vient il de votre région ? »

La curiosité. Mais la mienne n'était pas la seule presente ce soir, car la jeune Myria, avait masse de questions, et une nouvelle était lancée.

« Encore quelques jours, peut être deux semaines dirais-je. J'ai quelques affaires à régler, de vieux amis à voir, avant de repartir pour le mur, avec une jeune recrue prometteuse. » Mes amis.. Balon. Brynden. Peut être ne passeraient ils pas la guerre ? Ou peut être que moi, je n'arriverais jamais au mur ? Qui pouvait savoir de quoi l'avenir serait fait. Une question germa dans mon esprit, en écho à la sienne.

« Et vous ? N'aurait il pas été plus judicieux de rester en Dorne encore quelques temps ? La guerre qui menace risque de toucher Port Réal sous peu. »

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Ven 20 Déc - 18:32

Il semblait qu'il appréciait ce moment, ou le vin en tout cas, elle n'aurait dire avec certitude. Il avait toujours le sourire facile et elle se demanda si ce n'était pas l'alcool qui lui donnait cet air si approchable.

« Il vient effectivement de chez moi, bien que je ne saurai dire d'où exactement. Je n'ai jamais accompagné mon père lors de ses visites à ses bannerets. »

C'était toujours à Cletus, parfois à Ynys qu'incombait cette tâche. En tant que troisième enfant, c'aurait été faire perdre une occasion à ses aînés de lier des relations politiques. Elle n'en blâmait pas son père cependant. C'était le comportement qu'adoptait la plupart des chefs de maison, elle en avait bien conscience. Bien qu'elle aurait aimé qu'il soit un peu plus présent, elle n'avait jamais tenté d'accaparer son attention. Elle avait fait sa vie en s'accoutumant à son absence. Sa mère lui manquait, mais pas lui, elle se disait juste qu'il était ailleurs, comme d'habitude.

« Oh, nous aurons l'occasion de nous revoir avant votre départ dans ce cas. Il est plaisant de savoir que vous avez trouvé des volontaires en ville. Pas trop jeune j'espère ? »

Elle avait entendu dire que parfois, on emmenait même des enfants au mur ou à la guerre. A Dorne, qui restait principalement à part des conflits, c'était rarement le cas. Mais il était rare qu'un jeune adulte n'aie pas déjà touché à une arme et si ils étaient recruté, c'était en véritables soldats, pas en boucliers vivants. Elle émit un soupir lorsqu'il lui demanda si elle n'aurait pas mieux fait de rester chez elle.

« Sans doute, mais la nouvelle des troubles touchant Port-Réal n'était pas encore arrivée à Ferboys lorsque j'ai pris la mer, bien qu'ils doivent être au courant à présent. »

Elle s'en voulait presque de ne pas être restée quelques jours de plus. Alors, elle aurait peut-être pris la route du Sud dans son exil. Non, il ne fallait pas penser comme ça, il ne s'agissait pas vraiment d'un exil. C'était un voyage, un peu initiatique peut-être. Mais si elle avait décidé de visiter la seule véritable grande ville de Dorne, elle aurait peut-être croisé les yeux noirs qu'elle avait tant espéré revoir. Ce n'était qu'un songe. Elle préférait, de loin, s'en rappeler avec nostalgie et s'arranger pour qu'une rencontre n'arrive pas. Ses espoirs de jouvencelles resteraient intacts et elle pourrait continuer à y songer paisiblement.

« Mais je ne regrette pas d'être venue, malgré tout. J'y ai fait de belles rencontres. Et si jamais le danger commençait à devenir trop important, rien ne m'empêcherait de monter dans le premier bateau pour n'importe où. Peut-être trouverais-je l'homme de mes pensées dans la cale. » Elle rit un peu et secoua la tête, comme pour chasser l'image cocasse qui s'y était formée. « Même si cela m'étonnerait beaucoup. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria]

Revenir en haut Aller en bas

A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter's Season :: Westeros :: LES TERRES DE LA COURONNE :: PORT-REAL :: Le quartier commerçant-
Sauter vers: