AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Jeu 26 Déc - 10:06

C'était agréable de passer du temps avec quelqu'un de civilisé. Je ne m'étais pas rendu compte jusqu'à présent de combien ça m'avait manqué. Dormir dans un endroit chaud, parler avec quelqu'un qui comprenait le vrai langage, déguster des plats plus gouteux que du chevreuil rance ou de la soupe mal faite; et maintenant que j'y goutais de nouveau, même si il ne s'agissait que de Port Real, même si il ne s'agissait que de la compagnie d'une charmante blonde croisée dans un bar, ça me manquait d'avantage. Peut être devrais-je rentrer voir mon père, et le supplier de me reprendre. Peut être aurait il besoin d'un chevalier de toute façon avec les menaces grondantes… ? Cela n'avait peu d'importance pour le moment, il me fallait me concentrer sur la conversation avec la jeune femme, éviter  de me vendre par un maladroit propos, ou quoi que ce soit dans la gestuelle qui m'aurait fait paraitre plus femme que ce que je n'étais censé être.

La conversation. Allait plus ou moins bon train, bien que je ne pus que m'inquiéter de ne pas la déranger, de ne pas m'imposer. Tant qu'elle parlait je supposais que cela était bien alors. Au pire elle me chasserait.

« Je comprends. »  

Moi non plus n'avais pas souvent accompagné mon père lors de ses visites, bien que quelquefois tout de même. Malgré ma condition, mon père m'avait toujours considérée comme son enfant, et… Non, je refusais de penser à cela; parler de mon départ et de ma recrue était probablement mieux. Moins douloureux ? Bien que ramener des jeunes gens au mur était toujours… désespérant.  D'ailleurs, me demandait elle si il n'était pas trop jeune.

« J'en ai trouvé un, pour tout vous dire je l'ai pris pour une femme et je voulais le libérer des geôles de Port Réal.  Mais il est bien un homme et maintenant je dois l'amener jusqu'au mur. Il doit avoir vingt ans, je lui apprend à se battre ! »

…. Ce n'était pas de moi. Je ne parlais pas autant d'habitude, l'alcool déliait ma langue et j'exprimais le fond de ma pensée… ? Peut être oui. En tout cas j'étais plus sincère comme ça… C'était dangereux. Et passant la main sur mes lèvres quelques secondes, je relevais la tête vers elle, en souriant un peu tristement.

« Je suis navrée. Il semblerait que je parle trop… Et madame, il me serait fort agréable de vous revoir avant mon départ. »

Ce qui ne m'empêchait pas de trop parler à nouveau en lui demandant si elle n'aurait pas mieux fait de rester à Dorne.  Oh… Elle n'était pas au courant au moment ou elle était partie, et maintenant… ? Elle évoquait la possibilité de partir si c'était trop dangereux. Bien sur. Je hochais la tête en silence quelques instants, et puis je souriais encore - décidément, son vin était plus fort que je ne le pensais, ou peut être était-ce la compagnie ? - en réagissant à ce qui pouvait passer pour une plaisanterie.

« Peut être oui, si je puis vous conseiller cela dit, évitez les bateaux pour les îles de fer, ce n'est pas l'endroit le plus sympathique et chaleureux au monde. »  Leger froncement de sourcils de ma part. « Cela dit, le mur ne l'est pas non plus, mais si vos errances vous mènent dans le nord, j'espère pouvoir vous y servir de guide. » Une promesse qui n'en était pas une, et que je ne pourrais surement pas tenir, car j'allais mourir a un moment ou a un autre. Je le sentais. Quelque chose me faisait supposer que je ne retournerais jamais au mur maintenant.  

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Mar 31 Déc - 11:52

Il semblait ne pas avoir envie de parler de son Lord Ferboys de père et changea de sujet. Ça l'arrangeait bien, à vrai dire, parler de sa famille, c'était penser au fait qu'elle ne leur avait pas écrit depuis son départ. C'était penser au fait qu'elle ne les reverrait peut-être jamais. C'était songer au fait qu'elle n'avait pas envie de revenir. Elle ne savait pas si il s'agissait d'une délicatesse de sa part ou d'un souvenir pénible de son côté, mais elle ne lui en était que trop grée qu'il soit passé à autre chose. Il changea le sujet et lui parla de sa jeune recrue qu'il avait libéré en prenant pour une femme.

« Je suppose que savoir par quel bout se tient une épée est un apprentissage utile par les temps qui courent. »  

Elle lui sourit amusée. Peut-être le mur était-il mieux que de moisir dans les geôles du palais. Il aurait l'occasion de voir de ses yeux une bonne partie du royaume, exploit assez rare pour être noté. Et puis si on aimait pas trop les climats chauds, c'était plutôt agréable, non ? Elle ne pensait pas qu'elle pourrait, elle aimait trop les caresses du soleil sur sa peau, même quand il y laissait des baisers brûlants. Il lui sourit, tristement, comme s'il était navré pour le garçon. Elle comprenait qu'il s'en veuille un peu, mais s'il pensait que c'était son devoir, elle ne pouvait pas, ne devait pas l'en empêcher.

« Si vous parlez trop, j'ai moi-même la langue fort déliée. Sinon, vous ne m’appelleriez sans doute pas madame. »

Elle lui dit ça pour rire, elle n'avait pas vraiment envie de s’apitoyer sur sa bêtise. Quand il lui conseilla d'éviter les bateaux pour les îles de Fer, elle se demanda un instant si elle aurait vraiment pris un bateau pour cette destination. Peut-être si elle n'avait eu que celui-là, même si ça n'aurait pas été une idée brillante, en effet. Mais peut-être Essos ou Lancehélion, après tout...

« Pourquoi pas, j'aimerai bien voir votre Conflans un jour. Et le Bief, je ne l'ai jamais vu qu'en contexte de conflit, mais on dit que c'est magnifique. »

Elle soupira, reprit une gorgée et, tout en fixant le vide, se mit à songer. Quelle vie aimerait-elle réellement avoir ? Non, elle se reprit. Quelle vie possible aimerait-elle avoir ? Elle aimerait avoir son propre domaine, pas forcément gigantesque, mais une demeure où elle serait seule maîtresse. Mais comment ? Parier sur le bon cheval et rendre service au Roi qui finirait par garder le trône était une solution, mais pas une solution très fiable. Surtout qu'elle était une femme. Et ces crétins de nordistes refusaient le fait qu'une femme puisse tenir une propriété. Peut-être sur l'autre continent... Ou bien travailler pour le prince Doran, qui saurait la récompenser. Oui, c'était une bonne idée. Bonne mais dangereuse. Elle secoua la tête et fixa à nouveau son interlocuteur, son invité même !

« Excusez-moi, j'étais perdue dans mes pensées. » Lui dit-elle avec un sourire désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Jeu 2 Jan - 11:45

[Hj : Je suis desolée c’est de la merde. Un truc m’a contrarié au milieu de mon post ]

Je lui apprend à se battre. Avais-je même le choix ? Devrais-je le laisser seul face à l’immensité sans l’aider en quoi que ce soit ? Devais-je ? Oh qu’importait. J’avais pris le jeune Allyn sous mon aide, et j’étais ravie de l’avoir fait. Il était fort sympathique. Gentil… ? Mysterieux. Séduisant, pour un homme – bien que soyons honetes ce genre de choses la ne m’interessaient pas. Non, je preferais la compagnie des femmes, ce n’était pas un secret. Ou plutôt… Je la preferais dans un temps passé, desormais je ne preferais rien du tout. Non, restons concentrés. C’était dur.

« Ca l’est oui. »

Et la conversation changea un peu, je m’excusais de trop parler. J’avais la langue déliée, c’était probablement sa faute, elle était trop gentille, trop belle, et elle avait de l’alcool qui incitait aux conversation. C’était probablement ça. Oui probablement. Je jouais un peu avec mon gobelet avant de lui repondre, joueuse. Joueur ?

« Vous préféreriez que je vous appelle, belle demoiselle ? » Suivi d’un léger sourire, puis je relevais un peu la tête « Je suis navrée, je tenterais de vous appeler par votre prénom si vous le désirez. » Les habitudes de la courtoisie. Les nobles dames étaient des dames qui méritaient tout mon respect. Tout comme les autres dames d’ailleurs. J’étais froide en temps normal, mais respectueuse. Sauf avec les pochtrons du mur, autre histoire.

Elle enchaina bien vite sur l’hypothèse d’un voyage, et je la conseillais vaguement, tandis qu’elle evoquait le Conflans, ou bien le Bief. Je hochais la tête, enjoué. Heureuse d’y penser un peu ? « Le Bief est certes une jolie région, mais je dois vous avouer Myria, que le Conflans n’a rien à envier aux autres régions. Vous devriez voir les rivières, les grands chateaux en bord de mer. Salvemer est une forteresse magnifique, et encore je ne parle pas de Vivesaigues, tandis qu’Harrenhal malgré ses mystère vaut le détour. » Un grand sourire. J’avais trop parlé, l’avais appelé par son prénom. Mais je ne me sentais pas géné. Je me sentais bien.

Le silence qui suivit me stressa legerement. Etait ce ma faute ? Visiblement pas. Je hochais un peu la tête. « Je peux comprendre. Vous savez, j’aurais aimé vous proposer de vous faire visiter le Conflans un beau jour. Mais je crains de ne guere pouvoir y remettre les pieds dans l’immediat. » Ou peut être jamais. C’était a mon tour de me murer dans le silence.



_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Ven 3 Jan - 11:25

Quand il lui demandait si il devait l'appeler par le doux surnom de belle demoiselle, elle sourit et rougit légèrement. Le vin aidait, c'était certain. Habituellement, c'était le genre de chose qu'elle maîtrisait, sauf dans des situations vraiment embarrassante. Ici, une politesse, une plaisanterie et ses joues s'enflammaient comme celles d'une petite fille. Mais son prénom était, effectivement, le mot par lequel être appelée lui était le plus confortable. Il la respectait visiblement beaucoup et il allait peut-être avoir du mal à mettre de côté les ronds de jambes. Mais c'était pour un mieux, pour plus de simplicité. Si elle était venue à la capitale pour se faire baiser la main, elle serait arrivée comme ambassadrice de son père au palais, jurant fidélité au Roi Joffrey, et elle aurait été traitée comme une femme de son rang. Elle avait choisit la vie normale : louer une chambre et rencontrer des gens au hasard. Ça s'était plutôt bien passé jusqu'à présent. Rien n'avait été aussi dangereux que ce qui lui était arrivé à Ferboys, peu de temps avant son départ. Quand elle parla de voyager dans le Conflans, Sethen eut l'air enjoué et hocha la tête. C'était sa région et s'en souvenir avait l'air de lui faire du bien. Il en parla avec tant de passion qu'elle eut envie de la visiter, là, sur le champs. Mais la réalité était dure et c'était à Vivesaigues que stationnait l'une des armées, celle du Nord si elle avait bien suivit. Salvemer, c'était le premier endroit qui lui était venu à l'esprit... Salvemer, Rivers,... Les morceaux commençaient à s’emboîter. Elle lui sourit, ses mots avaient peint dans son esprit un délicieux tableau.

« Ça a l'air, effectivement, de valoir la peine. Ce doit être un plaisir de voyager et voir les paysage par la voie maritime... »

Elle aurait tellement aimé ne pas craindre de voyager. Si elle était châtelaine, elle aurait une garnison et des soldats pour l'accompagner où elle le voudrait. Les bandits fuiraient à cette vue avant même d'avoir osé les menacer. Après son propre silence, il sembla lui aussi mélancolique. A l'idée de ne plus retourner chez lui.

« J'aurais pu vous dire la même chose. Outre la guerre, je ne suis même pas certaine que je serai la bienvenue si je revenais chez moi. »

En tout cas, tant qu'elle n'accepterait pas de servir de jument reproductrice à un des amis encore jeune homme de son père. Et ça, c'était hors de question. Si un jour, elle devait porter un enfant, elle voulait que ce soit de quelqu'un qu'elle aurait choisi et aimé. Pas d'un nobliau qui pensait qu'il avait tous les droits parce qu'elle était née avec des mamelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Ven 3 Jan - 21:17

[HJ : Je tiens à dire que mon avatar me deconcentre beaucoup ]

Trop de politesses. Ce n'était pas bien. Ce n'était pas bon. Je l'appellerais Myria. Et je tenterais d'être moins… Coincé qu'a mon habitude. Mais voila. Je n'étais pas psycho-rigide peut être, mais je n'en étais pas loin. J'étais quand même quelqu'un d'assez perturbé qui se murait dans la froideur pour ne pas…. Qu'importait. Ce serait Myria. Point. Il n'y'avait nul besoin d'épiloguer.

Et je m'embalais sur les beautés de ma région Natale. J'aimais le Conflans. J'avais toujours aimé y promener, et ce malgré mon absence, ma fuite, ça restait la plus belle région du monde, et même les splendeurs exotiques seraient pales en comparaison de la région des Rivieres. Et pourtant je n'étais pas sur de pouvoir y retourner un jour. Je baissais un peu les yeux, mais je tentais de sourire, en réponse au sien.

La vie était faite ainsi. Nous venions de fabuleuses régions, et nos familles n'étaient pas des moindres. Nous aurions pu nous faire visiter nos contrées sous bonnes escortes. Mais le destin en avait voulu autrement. C'était lassant. Un peu triste. Et je restais silencieuse quelques instants avant de reprendre la parole.

« Il en va de même pour moi. Pourquoi ne seriez vous plus la bienvenue ? »

J'avais osé poser la question ? Peut être que ça ne me concernait pas ? Peut être que… Je ne sais pas. Mais le vin aidant, l'atmosphère arrivait aux confidences non ? Doucement, je plongeais mes yeux dans les siens. Nous avions quelques points communs. Pas beaucoup probablement. Mais nous avions tous les deux fuit notre famille. Toutes les deux devrais-je dire… Peut être d'ailleurs aurais-je du lui avouer ma féminité ? C'aurait été plus honnête ? Non. J'étais Sethen Rivers le garde de nuit, et c'était très bien comme ça.

« Mais ne vous sentez pas obligé de me raconter. Nous pouvons parler de tout autre chose. Ou je pourrais me retirer également, si vous le désirez. »

Ce n'était pas comme si je voulais m'imposer. Et l'auberge ou j'avais laissé Alyn était encore loin… Si je buvais trop, je n'étais pas sur d'y arriver en vie, ce qui aurait été légèrement problématique. Rien ne me retenait à cette vie, mais je n'avais pas envie de la quitter pour autant.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Sam 4 Jan - 15:38

L'ambiance devenait moins légère au fur et à mesure qu'ils se replongeaient dans leurs souvenirs d'un temps meilleur. Il semblait au moins aussi mélancolique qu'elle a l'idée de ne pas revenir chez lui. Le sourire qu'il tenta de forcer sonnait faux. Un moment, un silence s'installa, tous deux un peu nostalgiques ou gênés. Semblant douter qu'elle soit vraiment dans l'impossibilité de rentrer chez elle, il lui en demanda la raison, recommençant la conversation avant qu'elle n'ait le temps de s'éteindre, comme on remet du bois sur un feu affaibli. Elle le regarda dans les yeux, pensait à sa réponse. Puis, pendant qu'elle réfléchissait à comment expliquer sa situation simplement, il se rétracta, de peur d'avoir commis un impair, et proposa même de s'en aller. Elle le rassura comme elle pût, avec en sourire et en remplissant à nouveau sa coupe pour l'inciter à rester encore un peu.

« Oh non, restez, j'insiste. Il s'agit d'une bagatelle. » lâcha-elle en souriant d'un air las « J'ai simplement refusé d'épouser plus d'une quinzaine de noble à qui il avait promis ma main. Certains après avoir mis à l'épreuve leurs mérites dans une chambre à coucher. »

En même temps, elle n'allait pas accepter de se lier pour toute une vie à un homme qui n'était pas capable de la satisfaire ! Elle ne voyait vraiment pas comme vivre aux côtés de quelqu'un dont elle n'appréciait ni l'esprit, ni le corps. Certains hommes refusaient à leur épouse de prendre un amant, alors qu'eux même n'avaient aucun problème à aller courir les paysannes ou même les nobles des environs. Elle était bien placée pour le savoir, elle avait eu une aventure avec un noble marié qui était complètement paranoïaque concernant l'emploi du temps de sa femme. Dans ses montagnes, beaucoup de Lord étaient très à cheval sur la fidélité alors que ce n'était pas exactement les habitudes du reste de la péninsule. Mais, se rappelant les mœurs du Nord, elle se sentit obliger d'expliquer un peu plus avant.

« Ne soyez pas choqué, nous ne voyons pas l'amour comme vous. Les femmes ne sont pas comme ici, de simple jolis animaux à marier. Nos femmes se battent, dirigent et décident de leur vie. »

Elle soupira. C'était vrai dans la plupart des familles de la région. Certaines femmes n'en faisait pas plus qu'ailleurs, parce que la vie de femme au foyer leur convenaient et qu'élever des enfants suffisaient à leur bonheur. D'autres devenaient des guerrières et n'avaient rien à envier aux grands chevaliers. Cependant, c'était...

« En théorie. Les Ferboys, et d'autres, ils ne sont pas les seuls, sont resté très proche des traditions des Andals. Il y a des siècles, ils se sont opposés à la Reine guerrière Nymeria et à Mors Martell. Depuis, s'ils leur doivent fidélité et qu'ils respectent les lois, ils n'ont pas adopté les coutumes Rhoynars. »

Elle sourit amèrement, repensant à toutes ses fois où elle aurait aimé naître quelques battements d'ailes plus au Sud encore. Le regard dans le vide, ou dans son verre, elle voyait clairement une des dernières discussions qu'elle avait eut avant de partir. Son père était venue la trouver dans sa chambre, furieux tout d'abord, parce qu'il avait appris qu'elle avait partagé la nuit précédente avec son prétendant, mais qu'elle le refusait tout de même. Il avait fini par s'adoucir quand elle lui avait énuméré toutes les choses qu'elle ne supportait pas chez lui. Elle était assise devant son miroir, à sa coiffeuse, et il se trouvait près de la fenêtre, encadré de velours orange, regardant vers l'horizon.

« Un jour, il m'a demandé si je finirai par accepter de me marier ou si ce n'était qu'un caprice. Selon lui, je n'avais qu'à lui dire qui me paraîtrait un parti acceptable et l'histoire serait entendue. Il n'est pas si mauvais que ça, je pense qu'il tient à moi au moins un peu. Mais le seul nom que j'étais en mesure de lui donner aurait été le seul qu'il aurait refusé d'entendre. »

Elle hésita un moment à poursuivre. Mais au point où elle en était, à quoi bon cacher ce détail ? C'était ridicule de se montrer fermée maintenant. Comme être nue et se cacher pudiquement derrière un mouchoir de poche.

« J'aurai pu nommer Stannis Baratheon et il aurait envoyé une lettre pour le convaincre de répudier sa femme infertile pour m'épouser. J'aurai pu nommer le Roi Joffrey et il aurait envoyé des présents et des hommes à la cour pour faire pencher la balance en ma faveur. J'aurai même pu nommer Hoster Tully ou Jaime Lannister, je pense qu'il aurait tenté de trouver une possibilité. Mais jamais il n'accepterait de me fiancer à l'homme qui était soit disant responsable pour la mort de son grand-père. »

Sa voix se fit plus basse, plus douce. Elle hésita encore une seconde, mais si Sethen avait entendu parler de l'incident, il devait déjà savoir de qui il s'agissait. Car les Ferboys n'avaient pas beaucoup d'anecdotes similaires.

« Le Prince Oberyn Nymeros Martell. »

Etait-elle triste ? Soulagée ? Elle n'aurait su le dire exactement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Ven 10 Jan - 8:06

Je n'aurais pas du poser de questions. Les femmes n'étaient pas toutes les mêmes, et les gens n'aimaient pas tous parler de leurs vies. Quoi qu'il en soit; je me retractais bien vite, lui proposant de m'en aller. Je ne voulais pas la deranger et il n'était pas ma place de m'inserer dans sa vie avec mes questions. Moi qui mentait jour aprés jour par ce masque que je portais j'étais bien mal placé pour chercher la veriter chez les autres.

Elle me repondit cependant, remplissant ma coupe et m'incitant à rester d'un sourire. Moi, je n'avais jamais su resister aux sourires des femmes; une des raisons pour les quelles j'étais bien dans la garde, je ne risquais de rien faire la dessus. Quoi qu'il en soit, je l'ecoutais donc attentivement; guere surprise qu'il y'ait une histoire de mariage. Et alors qu'elle enchainait bien vite en me demandant de ne point me choquer de telles paroles. Les femmes qui couchaient bien trop vites, et ces choses la; car malgré moi un sourcil s'arquait sur mon visage. La curiosité... Je secouais un peu la tête. Prise au depourvue dans mes pensées où je me disais déja que née à Dorne peut être aurais-je été plus libre,peut être aurais-je bien vécue, peut être... n'aurais-je pas eu besoin de me faire passer pour un homme. Oui mais à Dorne je n'aurais pas. Qu'importait.

« Peut être aurais-je du naitre à Dorne. » Et je portais la main sur mes levres, choquée par moi même d'avoir vocalisée cela. Oh bien sur la surprise y était pour beaucoup, et puis, libre à elle d'interpreter cela comme elle le voulait. Ca pouvait vouloir dire tellement de choses. La plus logique interpretation serait que j'attendais une femme guerriere, mais soit. Je me reprenais assez vite, en parlant d'une voix douce. « Je ne vois cependant pas les femmes comme de jolis animaux à marier... comme vous le dite. » Pourquoi trouvais-je important de lui dire ? C'avait été un point derupture avec mon pere. Il voulait me marier, je voulais courir la campagne et seduire des jeunes femmes, tout en devenant un chevalier hors pair... Non. Qu'importait.

Son histoire continuait cependant, et si je ne m'étais jamais reellement interessée à la culture Dorniene contrairement à un conteur que nous connaissons bien; j'étais fascinée par ce qu'elle me disait. Cette region semblait d'un coup bien interessante à mes yeux. Fascinante peut être ? Et alors qu'elle faisait regner le suspens, et que je grimacais discretement à l'evocation de nombre de noms qu'elle citait, la lumière se fit. J'étais une garde de nuit certes, mais j'avais suivi l'éducation d'une jeune femme de la noblesse, et même sur le mur j'étais proche de mestre Aemon qui avait toujours nombre de choses à raconter. Le prince Oberyn Martell etait reputé pour ses batardes, pour l'assassinat du vieux Ferboys dont il avait séduit la femme, et pour nombre d'autres anecdotes assez croustillantes, qui rajoutaient de l'exotisme au personnage.

Myria me semblait exotique à son tour désormais. Eprise d'un homme innacessible, et plus vieux qu'elle ; et au fond de moi une romantique ne revait que d'une chose, lui dire que ça irait. Bien sur, je restais silencieuse quelques instants avant d'hocher la tête. « Je comprends. Il est dommage que parfois l'obstination des pères ne pousse leurs filles cheries à prendre le large et parfois disparaitre. » Cette reaction n'était peut être pas celle que j'aurais du avoir, mais elle était celle qui etait venu. Et mon caractere impulsif ne m'avait pas permis de peser mes mots ou autre. Le silence se fit cependant quelques minutes, pendant les quelles je buvais un peu, avant de poser la coupe encore pleine sur une petite table. Tellement de choses que j'avais envie de lui demander, comment l'avait elle rencontré ? Avait elle déja eu une liaison avec lui ? Mais la decence et le respect m'empechaient de les poser.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Sam 11 Jan - 10:29

Il écoutait, bien qu'il avait l'air de ne pas moins en penser, mais elle lui savait gré de son oreille attentive. Tentant d'y repenser, non, elle n'en avait jamais parlé à personne avant ce soir. L'homme auquel elle s'était confiée retournerait dans quelque semaines se percher sur son mur glacé. Elle ne craignait pas que son secret s'ébruite, d'autant qu'il semblait s'agir d'un homme d'honneur, bien que ce soit une qualité rare. Oui, les femmes bavardaient, cancanaient, mais c'était plus pour passer le temps que pour faire du mal. Elles savaient garder des informations si elles le voulaient, c'était un des seuls pouvoirs qui leur était accordé. Les hommes avaient plus tendance à se taire et à le lâcher au seul moment où ça pouvait être néfaste. Elle pensait notamment à son frère, qu'elle avait déjà vu agir ainsi, peut-être inconsciemment. Enfin, elle ne le reverrait peut-être plus jamais, où était l'intérêt d'épiloguer ? Il lui dit qu'il aurait dû naître chez elle, les surprenant tous les deux. Qu'est-ce que cela pouvait bien vouloir dire ? Il poursuivit, d'une voix douce, en ajoutant qu'il ne voyait pas les femmes comme des animaux à procréer. Cela en faisait au moins un ! Cela semblait important pour lui, elle retint donc ce détail, se promettant d'en parler après. Mais elle était lancée et il lui fallait continuer, sinon, elle n'avait pas la certitude d'être capable de s'y remettre.

Quand elle eut finit de tout déballer, Sethen avait tout écouté de la manière la plus gracieuse qui soit. Il avait l'air presque fasciné par ses propos et cela fit naître un sourire sur ses lèvres. Son commentaire fut étrange mais bienvenu. Il correspondait tellement à sa situation.

« De bien juste paroles. » lui répondit-elle un peu tristement après un moment de silence, puis, pour alléger l'atmosphère elle finit son histoire par un échantillon de ses plans d'avenirs : « Pour pallier à ce problème, je ne rentrerai que proprement mariée ou, au moins, avec une situation dans l'une des nombreuses Cours Royales qui nous entourent. »

Elle finit son verre d'une traite, la sensation familière de chaleur dans sa gorge lui fit du bien. Elle ne voulait pas avoir à plier aux décisions de son père encore une fois. Et la seule solution pour ça était d'avoir des ressources qui lui étaient propres. De ne plus dépendre de son bon vouloir pour le toit et le couvert. D'avoir de l'influence.

« Vous semblez familier à cette situation, votre père était-il autoritaire lui aussi ? » lui dit-elle un peu amusée pour relancer la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Dim 12 Jan - 10:58

J’écoutais. Si il y’avait quelque chose que je savais faire c’était bien écouter. Il était plus facile d’écouter que parler, du moins pour moi. Du moins pour ceux qui avaient un passé douloureux dont ils ne préféraient pas parler, et qui pouvait risquer leur peau à chaque parole. Je n’osais pas imaginer la réaction du Lord-Commandeur, et des autres gardes si ma femininité venait à être connue. C’était injuste quand on y repensait; j’étais l’une des meilleures patrouilleurs qu’ils aient pu avoir. Et pourtant je n’étais pas un homme, ça suffisait à me disqualifier.

J’avais cependant trop parlé, mais elle ne me posait pas de questions à ce sujet, alors je m’en estimais heureux. Non au contraire, elle préférait parler peut être de quelque chose de plus léger ? J’esquissais un sourire. «  Et bien, j’espère que vous trouverez quelque chose qui vous convienne, vous semblez le mériter. » Si il avait été en pouvoir d’être un homme et non de la garde de nuit, peut être l’aurais-je courtisée, mais je n’étais pas l’un et j’etais engagée dans l’organisation. Ce n’était qu’une réflexion idiote. Et j’étais de toutes les manières trop vieux. Trop vieille. C’était pareil. Ça n’avait aucune importance.

Souriant un peu, je buvais doucement, la regardant finir son verre d’une traite. Et je devais avouer que je ne m’étais pas attendu à une telle question. Etais-je familier à la situation ? Que pourrais-je en dire ? Devrais-je lui dire la vérité ? L’alcool aidant j’en étais bien capable. Non. Je me retenais. Ça ne serait pas nécessaire, et ce n’était pas conseillé. Au lieu de ça j’esquissais donc un sourire un peu mystérieux.

«  Plus ou moins. Mon père ne voulait pas à vrai dire, que je sois chevalier. Si il savait où je suis et ce que je fais, je doute qu’il apprécie ce choix…. »

Oh non, il n’aimerait pas savoir que sa seule fille - fusse t’elle illégitime, il n’en avait cure il ne m’avait jamais mal considérée à cet éggard - avait fini sur le Mur, après avoir eu une aventure avec une bâtarde des Frey… Quelque chose comme ça. Non, il n’aimerait pas vraiment. Et je ne savais pas ce qui le décevrait le plus. Silencieuse, je baissais les yeux. «  Je pense qu’il serait décu si il me croisait maintenant. »

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Ferboys
REPUTATION :
463

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Lun 20 Jan - 0:44

Son encouragement la fit sourire, elle en venait elle-même à douter de son futur, de ses choix ou de ses envies. Mais qu'un presque inconnu légitime ses rêves comme ça, cela lui faisait se sentir plus réelle, plus juste et droite. C'était peut-être l'alcool qui manipulait ainsi ses pensées. Si c'était le cas, elle n'en avait cure. C'était bon, de temps à autre, d'arrêter de douter. Elle n'aurait peut-être pas du poser la question qui s'en suivait, mais c'était loin d'être la première fois cette soirée-ci qu'elle posait une question légèrement déplacée. Était-elle vraiment à une réplique près ? Sethen devait commencer à avoir l'habitude et, s'il ne répondit pas clairement, il ne s'offusqua pas non plus de son manque de tact. Il joua la carte de mystère et, avec un sourire sibyllin, lui expliqua que son père avait refusé qu'il soit chevalier. Ça, pardi, c'était étrange. Quelle sorte de père noble refusait de voir son fils défendre la veuve et l'orphelin, le front oint des Sept Huiles si chères aux Andals ? Encore une énigme qui s'empilait sur les autres, peut-être y verrait-elle plus clair le lendemain matin, son esprit dégagé des brumes qui l'empêchaient de réfléchir correctement. Un petit silence s'installa, avant que le Garde de Nuit ne baisse les yeux pour annoncer que son père serait sans doute déçu de lui si il le voyait.

« J'en doute fort, vous avez le mérite d'être un homme intègre. » lui dit-elle en posant une main sur son épaule pour le réconforter. « Et puis, dévouer sa vie à protéger le royaume, c'est une cause on ne peut plus noble à mon sens. »

Elle le pensait vraiment, même si elle n'ajouta pas qu'elle trouvait que c'était un beau gâchis toute cette histoire. Garder les frontières, oui, elle pouvait concevoir l'importance de la tâche. Mais était-elle réellement mieux menée si celui qui la gardait était interdit de prendre une épouse ou d'avoir un enfant ? Elle était bien loin d'être convaincue par cette partie de l'histoire. Ne nous battons nous pas mieux lorsque nous avons quelque chose qu'il nous tient à cœur de défendre ? Elle commençait à divaguer un peu et sentait ses paupières se faire lourdes. Elle se doutait qu'il devait en être de même pour son compagnon. Si cela se trouvait, il était épuisé et n'osait pas se retirer de peur de la vexer... Elle décida de le lui proposer, un au-revoir poli étant tout de même préférable à eux deux s'endormant sur la table.

« Je ne voudrais pas vous retenir trop longtemps. Il est tard et je craindrais trop de vous voir traverser la ville en pleine nuit et complètement épuisé. Il serait dommage que des brigands vous privent de votre beau manteau... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Mallister
REPUTATION :
614

MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria] Jeu 23 Jan - 19:36

Croire en ses rêves était l’une des meilleures choses que l’on pouvait faire. La chose la plus importante peut être. Cependant quand les rêves étaient brisés c’était un soucis different. Quoi qu’il en soit j’espérais vraiment que ce ne soit pas le cas de la jolie jeune femme en face de moi, et je lui souhaitais tout le meilleur du monde. Lui faisant même part de mes espérances et encouragements à son sujet. Il allait sans dire, que si j’avais cru pouvoir lui être utile, je lui aurais proposé mon bras armé ou autre chose. Tout ce dont elle aurait besoin… Peut être était-ce l’alcool qui me faisait dire ça ? Ou peut être était-ce ma propension naturelle à être d’avantage plus prompte à aider les femmes. Qu’importait.

Le sujet traitant vaguement de mon père, je fronçais un peu ma mine. Elle semblait… Ne pas comprendre. En un sens comment lui en vouloir ? Si j’avais été un homme le simple fait que mon pere ait refusé que je sois chevalier aurait-été une aberration. Surtout vu qui était mon père. Par chance ça, elle ne le savait pas. Mais soit. Je haussais vaguement les épaules. Cherchant comment me tirer de cette conversation, sans m’enfoncer d’avantage dans les mensonges. Je n’aurais pas du boire. J’en aurais moins dit peut être.

« Ce n’est peut être pas tout à fait vrai. Mais soit. Je suis ravi que vous trouviez ma cause noble. Cela est suffisant. »

Un sourire charmeur. Il ne fallait pas non plus que je joue à cela. J’étais un garde de nuit, je ne pouvais pas me permettre d’aller séduire les jeunes femmes partout. D’autant plus que je n’étais pas vraiment un homme… Soit! Evitons de partir sur cette pente glissante, elle m’offrait soudain une porte de sortie, et même si il était vrai que sa compagnie était la plus plaisante qu’il m’ait été donné d’avoir depuis bien des mois, je devais me retirer. Avant de commettre des erreurs qui l’amèneraient à savoir que j’étais une femme. Et que j’étais la bâtarde de Jason Mallister.

Doucement et poliment je me levais ainsi, et je m’inclinais devant elle.

«  Vous avez bien raison lady Myria. Il semble que j’ai bien trop abusé de votre temps déjà. Permettez moi donc de me retirer. » Un doux sourire sur mes lèvres, et j’attrapais ma cape, la renouant sur mes épaules avec délicatesse. Ce n’était pas des plus facile à faire. Mais soit. C’était une question d’habitude. Parce que par chance cette habitude la je l’avais. «  J’espere avoir la chance de vous recroiser Myria. Cette soirée en votre compagnie fut un réel plaisir. » Le temps de sortir maintenant ? De partir. Oui. Il fallait que je rentre, Alyn devait m’attendre. Et puis… Enfin… Qu’importait.

_________________

Reaching for you I know you're out there somewhere. It's too dark, I'm so cold I know I had to come here. Every broken dream that I leave behind, keeps me going on keeps me running blind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria]

Revenir en haut Aller en bas

A la lumière d'une bougie [Sethen & Myria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter's Season :: Westeros :: LES TERRES DE LA COURONNE :: PORT-REAL :: Le quartier commerçant-
Sauter vers: