AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Maison :
Aucune
REPUTATION :
78

MessageSujet: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Mar 16 Juil - 21:33

Terres de l'orage, Camp du prétendant au trône et frère de l'usurpateur, Renly Baratheon.

La bateau était enfin arrivé près des falaises. Je sentais l'odeur de la mer, le souffle de la brise et le son des vagues qui se brisent. J'ai eu le temps d'en apprendre un peu plus sur le continent pendant mon voyage et désormais ma route et toute tracée.
Je me trouvais à l'Est, il me fallait d'abord redescendre au Sud par la capitale, avant de remonter par l'Ouest jusqu'au Nord. J'aurais pus visiter l'entièreté de ce continent mythique qu'est Westeros.
Mais pour l'instant je dois aller à la rencontre d'un de ces nombreux rois. Les marins m'avaient expliqué la situation, officiellement il y avait un seul et vrai roi, officieusement, ils étaient au moins trois à prétendre à des trônes divers et variés. Ils m'aidèrent à descendre, j'avais appris à me repérer grâce à mes autres sens, notamment le son, mais je devais voir la vérité en face, j'étais beaucoup moins mobile qu'avant. Je suivais les marins jusqu'au camp, suivant le bruit de leurs pas. Je ne pouvais pas voir clairement le paysage et je le regrettais, cet endroit avait l'air magnifique. Je pouvais deviner que je me trouvais en haut d'immenses falaises frappées par les vagues. Le temps était gris, j'arrivais à discerner la verdure sous forme d'immenses tâches vertes. Au loin, le bruit d'une incroyable foule. Des hommes criants, riants, encourageant leurs camarades. Il semblait y avoir une sorte de tournoi. Par chance je ne pouvais pas assister à ce spectacle barbare.

Les cris s'arrêtèrent, je sentais que le chemin se dégageait et on m'invita à avancer. Je ne savais pas vraiment face à qui je me trouvais, ni comment réagir. J'entendis une voix d'homme, douce mais fière qui se présenta comme le roi Renly Baratheon. Je m'agenouillai puis me présenta à mon tour comme un simple voyageur qui venait d'arriver sur le continent. L'homme m'invita à rester quelques temps, curieux de savoir ce que j'aurais à lui raconter de mes voyages, le remerciant, je repartis dans les rangs.

La journée passa, on m'avait guidé jusqu'à ma tante. La nuit était désormais tombée et je décidai d'aller marcher un peu dehors pour profiter du son de la mer. J'étais seul, sans escorte, ne pouvant me fier qu'à mon instinct pour savoir où j'allais. J'avais fini par trouver une roche sur laquelle me posa. J'arrivais à distinguer la faible luminosité des torches qui éclairaient encore un peu au loin. Quelques minutes, peut-être des heures passèrent, j'étais bien, au calme, pouvant méditer, réfléchir à de nouveaux récits. Je sentis soudain une présence, quelques bruits de pas s'étaient faits entendre, puis ce quelqu'un se tenait derrière moi.. Je n'arrivais pas à savoir de qui il s'agissait, mais j'arrivais à sentir une grande tristesse, une douceur qui émanait de cette personne, il s'agissait d'une femme, oui j'en étais sûr.


« Pourquoi est-ce que je ressens une si grande tristesse qui vient se jeter ici dans la mer ? »

Et je tournais ma tête vers l'inconnu en lui souriant. Il ou elle aussi était venu profiter du calme pour pouvoir réfléchir et penser à son histoire.

_________________



Dernière édition par Talis Vortalos le Ven 19 Juil - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Tully - Epouse Stark
REPUTATION :
494

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Mer 17 Juil - 12:19

Terres de l’orage, camps de Renly Baratheon, 499

Je n’avais voulu quitter ni Vivesaigue, ni Robb, ni mon père malade. Mais voilà, le Roi du Nord l’avait décidé, et c’était moi, sa mère, qui devrait servir d’ambassadeur auprés du jeune Renly. Bien sur je n’étais pas seule, j’étais accompagnée d’une vingtaine de guerriers d’élite, et aussi de cinq seigneurs. Robb avait fait ça bien, toujours était il que je n’avais pas accompli la tache d’une gaité de cœur. Le voyage avait été long, et éprouvant, et le long banquet dont nous avait honoré Renly, ne m’avait en rien apaisé. Bien au contraire. Et c’était ainsi qu’après quelques heures au milieu de la liesse, j’étais sortie, seule, sans nulle autre escorte que le poignard que je portais toujours sur moi. Les quelques rares seigneurs du Conflans et du Nord qui m’avaient accompagnés, festoyaient désormais avec les seigneurs de Hautjardin et d’Accalmie.

La nuit était calme, et mes pas me menaient au milieu d’un chemin faiblement eclairé. Ils étaient beaux les alliés potentiels que nous pouvions trouver, tous des jeunes chevaliers, des guerriers de l’été. Les hommes du Nord les valaient milles fois, mais le nombre était important, et une alliance avec Renly était l’une des meilleures possibilités que nous pouvions trouver. Renly Baratheon, portrait craché de son frère à vingt-ans… il m’avait promis la tête de Cersei, mais rien ne ramènerait jamais Eddard à la vie. Rien. Jamais.

C’était une étrange mélancolie qui se prenait de moi alors que je marchais, dans ma robe bleu-verte, enfouissant mon cou dans la fourrure qui constistuait mon col. Mes mains étaient encore souffreteuses et ne pourraient plus jamais retrouver leur agileté, pour ce que ça m’importait a vrai dire. Tout ce qui comptait maintenant était de retrouver mes enfants, sains et saufs. Tous. Alors qu’ils étaient éparpillés aux quatre coins de Westeros.

Une voix me fit sursauter, et j’appercevais enfin ce que je n’avais pas remarqué. Je n’étais pas seule. Il y’avait un homme, que je discernais à peine dans l’obscurité, une ombre assez grande, avec des cheveux longs, et un accent different, peut être de Braavos, ou d’une autre des cités libres. Quelqu’un qui ne m’inspirait pas de crainte ou de menace. Je baissais les bras, esquissant un léger sourire blasé.

« Je n’avais pas réalisée que je n’étais pas seule. »

Ce n’était pas comme si je m’étais attendue à croiser quelqu’un. Quelqu’un dont les paroles résonneraient dans ma tête, comme rémanence de ma tristesse. Pourquoi la tristesse d’ailleurs ?

« Qui etes vous ? »

Nous n’étions jamais, ni trop prudent, ni trop curieux. Et j'étais les deux à vrai dire. Intriguée par sa presence, alors que je n'avais pas cru voir quelqu'un au campement de Renly, venant d'Essos, et avide d'être rassurée sur le fait qu'il ne soit pas une menace.

_________________

- ONCE UPON A TIME WE WERE THE LUCKY ONES-
but now, everything is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Aucune
REPUTATION :
78

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Ven 19 Juil - 13:32

J'arrivais à sentir la surprise qui émana de cette personne lorsque je lui parlai. J'étais là assis comme une ombre, caché sous mon capuchon. Mais elle resta digne, ce ne fut qu'une émotion soudaine, une petite perte de contrôle. Elle devait être une noble personne, et même une noble dame. Je reconnus cette voix, je l'avais déjà entendu sur le campement, sans savoir à qui elle appartenait. C'était une voix forte, une voix assurée, la voix des grands dirigeants de ce monde. La voix de ceux qui détenaient une force intérieure suffisante pour se soulever contre les autres, et eux-mêmes pour faire ce qui leur semblaient être le bien. Dans un monde en guerre comme ce continent, une telle personne ne devait pas être un cas unique ; et pourtant, elle ne semblait pas être comme tout le monde. Il résonnait toujours quelque chose de tendre, de maternelle, une mère éloignée de ses enfants ou qui les a perdu, une femme qui a choisi de vouer sa vie à protéger ceux qu'elle aime et qui ne peut s'empêcher de vouloir la sécurité et la protection des autres. Avant même que nous ayons put avoir une vraie discussion je savais déjà quelle genre de personne elle était et je pouvais le dire, je l'appréciais déjà.
Je ne pris pas la peine de me retourner, à quoi bon, je ne la verrais même pas dans la pénombre. Je secoua juste un peu la tête sans grande chances qu'elle le remarque.


« Ce n'est rien, j'ai l'habitude de rester discret, caché dans l'ombre. C'est sûrement le dernier endroit de cette terre où l'on peut être en paix.»

Je savais que chacune de mes paroles faisait de moi un objet de curiosité. Mon accent ne ressemblait à aucun autre d'ici, déjà dès mon arrivé j'avais senti que j'avais causé la surprise, les voyageurs d'au-delà du détroit se font rare. Même ce ''roi'' en fut amusé, me voyant sûrement déjà comme son bouffon, celui qui viendrait lui raconter des histoires à son chevet pour l'endormir, où à ses cotés à table pour intéresser ses repas. Ce n'était pas une vie souhaitable, j'avais quitté le faste de Volantis pour une vie humble, une vie pieuse et sage. Mais cette sagesse me demandait aussi de faire des choix, des sacrifices, pour survivre dans un monde aussi dangereux. Ainsi je resterai dans ce campement jusqu'à ce que l'on en ait fini de mes services, ou que la lumière m'appelle ailleurs pour une autre mission.
J'étais reparti dans mes pensées au point que j'en oubliais l'inconnue. Elle m'en sortit grâce à la question fatidique et traditionnelle pour une présentation courtoise entre inconnus en situation extérieure. Il y avait donc une personne sur ce campement qui ignorait qui j'étais, c'était intéressant.


« Pardonnez-moi, je ne me suis pas présenté, cela commençait à me semblait presque certains qu'il ne restait plus personne ici qui ignorait ma présence. Je m'appelle Talis, je suis un jeune voyageur venant de Volantis, par delà le détroit. Et vous ? Votre voix ne m'est pas inconnue.»

Je faisais cette fois-ci l'effort de me tourner vers elle, certes pour rien car à part une grande tâche noire se dressant devant le peu de lumière qui parvenait jusque ici, je ne distinguais rien. Juste cette silhouette grande et fine, emmitouflées dans son manteau.

« Mais je vous en prie, asseyez-vous. Il y a largement de place ici pour que nous venions tous méditer, et laisser nos pensées partir avec les vagues.»

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Tully - Epouse Stark
REPUTATION :
494

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Dim 21 Juil - 8:08

L’obscurité était partout autour de nous, et mis à part son accent et son timbre de voix masculin, je ne discernais rien de l’homme qui me parlait. Incapable de savoir même si il était debout ou assis. La lueur des torches derrière nous, n’éclairait malheureusement pas grand chose et je devrais me contenter de ça. C’était cependant un moment de calme, au milieu de toute la souffrance, toute l’inquiétude. Un moment privilégié après avoir tant couru. La fatigue me prenait, et le besoin de m’asseoir se faisait au plus pressant, mais j’attendais. Une occasion, quelque chose comme ça. Moi, qui ne m’étais jamais senti aussi vieille que depuis ces derniers mois, je tirais sur mes dernières forces. Ma volonté était plus forte que ma fatigue. Ma détermination était sans faille.

Ne pas être seule m’avait hautement surpris et j’en avais informé mon compagnon d’infortune ou… de fortune ? Seul le destin nous le dirait. Bien sur, ça n’avait pas l’air de le déranger, mais tout de même. Moi qui avait cherché la paix et la tranquillité, je refusais de le faire au détriment de la tranquillité d’un autre.

Le sourire sur mes lèvres fut triste, alors que sa phrase tapait au plus profond dans tout mon être. Le dernier endroit au monde où l’on puisse être en paix ? Je ne pouvais qu’hocher tristement la tête, tout en reprenant la parole d’une voix guère enjouée.

« Je pense que même dans l’ombre, la paix n’existe plus. »

Et aurait-il pu le voir, le sourire sur mes lèvres était triste et lassé. La vie n’épargnait rien, ni personne, et ceux qui étaient joyeux, vivants, et réunis, finissaient éparpillés aux quatre coins de Westeros, à chercher à se retrouver, sans savoir si les retrouvailles seraient dans ce monde où dans l’autre.

Bien entendu, je ne voulais pas lui apporter ma tristesse et ma mélancolie, je ne voulais pas partager le fardeau qui pesait depuis déjà longtemps sur mes épaules lassées. Je ne voulais infliger à personne d’autre la souffrance qui habitait mon être, alors j’essayais, plutôt que de me lancer dans la mélancolie, de changer de sujet. Qui était il – cet homme à l’accent étranger, que je n’arrivais pas à voir dans la pale clarté des lunes et des flambeaux lointains ?

Talis, de Volantis. Un jeune voyageur. Il avait mal choisi son moment pour chevaucher Westeros, il ne trouverait ici ni luxe, ni trésor, mais plutôt la guerre. Ainsi ne pouvais-je pas m’empecher de réagir, quitte à sembler maussade et pessimiste. D’autant plus que la curiosité dardait légèrement. Pourquoi venir ici en cette période ? Les habitants des cités libres étaient ils au courant que Westeros allait mal, que la guerre des cinq rois était en marche ? Etait-ce… ? Non, la paranoïa montrait le botu de son nez, mais je la refrenais bien vite.

« J’aurais aimé vous dire que Westeros vous offrira bien des merveilles, mais à part des guerres et des usurpateurs, vous ne trouverez pas grand chose. Lentement j’hochais un peu la tête, hésitant sur la demarche à suivre, devais-je me présenter au risque de me faire tuer ? Je ne craignais pas grand chose au campement de Renly Baratheon, jamais il ne laisserait les gens me faire du mal, mais… Non, si il avait voulu me tuer, cet homme ne parlerait pas ainsi. Je hochais imperceptiblement la tête. Catelyn Stark, mère du roi du Nord. » A force de l’entendre dire, cette appellation, je l’avais incrustée malgré moi à mes présentations.

Pas de meurtre, pas de mouvement brusques ? Le vent battait dans mes oreilles, froidement, et j’enfouissais ma tête d’avantage dans la chaude fourrure de mon manteau. On eut pu croire que j’étais habituée au froid après dix-sept ans dans les terres glacées de Winterfell et des environs, mais non, le froid n’avait jamais été mon grand ami. Un sourire plus sincère et plus grand se glissa sur mes lèvres quand l’homme se tourna vers moi, me proposant de m’asseoir à ses cotés. Il parlait bien, et il – je devais bien l’avouer – éveillé mon intérêt ; ainsi m’appliquais-je donc à m’executer, lissant mon long manteau sous mes fesses, pour m’asseoir dessus, et non à même la pierre nue et froide ; et regardant l’horizon que je ne voyais guère, je lui demandais d’une voix douce.

« Que fais un voyageur par ici, si je puis me permettre ? »


_________________

- ONCE UPON A TIME WE WERE THE LUCKY ONES-
but now, everything is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Aucune
REPUTATION :
78

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Lun 22 Juil - 13:46

La réponse de cette femme m'amusa. C'était là que l'on voyait à quel point nos deux continents étaient séparés. J'avais décidé de suivre la voie du Dieu de la lumière, ainsi les ténèbres et la lumière faisaient partie de l'ordre naturelle des choses. L'obscurité perdait toute sa dimension effrayante, elle devenait la source du néant, la mort, le calme, le repos, tout ce qui n'était pas baigné par la force de la lumière. Elle n'était plus cette chose dangereuse que craignait les hommes d'ici. Ma vision du monde était tout à fait différente. Alors qu'ici, on priait un dieu, ou plutôt plusieurs, c'était assez compliqué de ce que j'en avais compris, et là encore tout ce qui ne vivait pas représentait un risque, la mort était à craindre. J'étais voué à passer le reste de ma vie sans voir cette lumière, peut-être que cela m'avait rendu assez pragmatique.

« Alors dans ce cas il vous faut aller la chercher au plus profond de votre être, là où vous ne sauriez même pas qu'elle se trouve.»

Sa voix ne trahissait aucune émotions. Elle semblait calme alors qu'une autre demoiselle aurait certainement put prendre peur en entendant un inconnu surgir de l'ombre. Elle était courageuse, forte, et avait de toute façon toutes ses chances dans un combat contre un aveugle. La seule chose que je pus percevoir dans ses paroles fut une sorte de sarcasme, peut-être de la lassitude. Pourquoi s'excuser, elle devait n'y être pour rien sûrement, comment une simple femme pouvait-elle être à l'origine d'une telle discordance ? En tout cas, Westeros n'offrait de merveilles qu'à celui qui voulait bien les voir, je prenais la vie comme elle venait et pour moi chaque découverte pouvait se révéler merveilleuse, à commencer par le comportement des habitants ici, si différent. Elle se présenta alors à moi, et à ma grande surprise, je découvrais que je me trouvais face à une tête noble. Etait-ce ma chance qui me poussait à rencontrer toutes les personnes influentes de ce continent ?

« Eh bien, l'on m'avait dit que ce continent était immense, mais en l'espace d'une journée j'ai déjà put rencontrer un roi et une mère de roi, ce monde me semble bien petit d'un coup.»

Mon comportement n'était peut-être pas le plus approprié face à une mère de roi, qu'il soit du Nord comme du Sud, mais je n'avais pas cette habitude me retrouver face à des personnes aussi hautes placées. Premièrement car à Volantis nous n'avions pas de roi, seulement un conseil de nobles et de marchands, et deuxièmement car j'avais moi même vécu dans ces hautes sphères, c'était à moi qu'on parlait avec respect, c'était à moi de suivre tout un protocole.

« Excusez-moi, devrais-je alors vous appelez ma reine ? Ma dame ?Madame la mère d'un roi dont je ne connaissais même pas l'existence il y a encore dix secondes ?»

Je préférais le prendre avec humour, cette appellation sonnait tellement ridicule et fausse, ''le roi du Nord'', et ce Renly, prétendant au trône de fer et à la royauté des Septs couronnes, qu'est ce que cela signifiait alors, si chacun pouvait être roi ? Néanmoins je respectais cette nouvelle rencontre, génitrice d'une petite tête couronnée, il fallait faire preuve de beaucoup de tenue et d'audace pour se présenter avec un tel titre face à un étranger. Le plus amusant était qu'en réalité ce nom ne m'était pas si inconnu, Stark. Bien que les affaires de Westeros avaient peu de répercussions en Essos, il arrivait parfois que quelques bruits arrivent avec les bateaux. Oui, un certain Eddard, qui avait participé à la révolution contre les Targaryens, et pourtant je n'avais pas l'impression de devoir me sentir honoré d'être aux cotés d'une personne portant un nom réputé. Ce genre de nouvelles m'atteignaient autant qu'elles atteignaient notre continent.
Je la sentis alors s'approcher de cette petite bûche sur laquelle je m'étais posé. Elle s’assit lentement en prenant soin de lisser sa robe pour ne pas la salir et ne pas la froisser, comme le ferait n'importe quelle dame bien éduqué, je tournais mon visage vers elle et lui sourit, bien qu'elle ne le verrait peut-être pas, pour la remercier d'avoir accepté mon invitation.
Vint l'habituelle question à laquelle doivent se préparer tout voyageur, la raison d'un e telle chose.


« Eh bien, j'ai décidé de partir pour découvrir de nouveaux horizons, et fuir la violence de ma cité, pour me retrouver, de façon assez ironique, dans un endroit tout aussi violent d'après ce que vous me dîtes. Et vous ? Si vous êtes la mère du roi du Nord, vous êtes bien loin de chez vous, le détroit se situe le plus au Sud il me semble. »

Je n'hésitais pas à lui poser ces questions, de là où je venais il n'y avait pas ce petit jeu du plus fort pose les questions et le faible réponds, la vérité était une part de la lumière, et tout personne avait le droit d'y accéder.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Tully - Epouse Stark
REPUTATION :
494

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Mer 24 Juil - 8:30

Il était peut être dommage de ne plus croire la paix possible. Mais comment y croire, quand mon fils de 15 ans menait déjà la guerre alors que la tête de son père promenait quelque part à Port-Réal, sous les rires d’un jeune roi fou et ambitieux ? Comment croire à la paix quand des rois sortaient de nulle part, quand les frères s’entredechiraient pour une couronne ? Comment croire à la paix quand mes enfants étaient eparpillés. Robb était dans le Conflans, menant la guerre comme si il avait fait ça toute sa vie, Sansa était promise à l’assassin de son père, et prisonnière des griffes de Cersei Lannister, Arya était on ne sait où, perdue dans la nature peut être, ou bien morte…. Mon cœur se serrait à cette pensée, Bran était cloué au lit, condamné à ne plus jamais devenir chevalier et Rickon… Rickon était encore trop jeune la bas dans le Nord. [ nda : Rickon… dormait. ] Non, pour moi la paix n’existait plus, et c’était peut être bien triste, c’était peut être défaitiste, mais comment aurait il pu en être autrement. Nous avions, Robb avait proposé la paix à cette garce de Cersei, en echange de nos filles, en echange du nord… Elle s’était contenté de nous rire au nez, d’être mauvaise. Elle s’était contenté de refuser notre offre. Et désormais le Nord affrontait l’Ouest. Les Stark affrontaient les Lannister. Desormais Westeros était pris dans une guerre civile, et tout le monde se fichait pas mal de la prétendue menace qui aurait pu venir d’Essos.

Et pourtant cet homme qui me parlait, sans savoir qui j’étais, sans me vouloir de mal, me conseillait d’aller chercher la paix au plus profond de moi. Comme si cela était facile… Possible ? Si il savait, si il pouvait imaginer ce que je donnerais pour une minute de paix, pour être tranquille, pour être la jeune femme innocente que j’avais jadis été. La Paix, je la trouverais entre les murs de Vivesaigue quand je pourrais serrer mon père malade dans les bras. La paix, je la trouverais quand mes enfants seront sains et saufs autour de moi. La paix, je la trouverais quand je pourrais donner une sépulture décente à mon mari… A ce qu’il en restait. Mais la paix… Je ne la trouverais pas ici. Pas en ce moment. Je me contentais cependant d’une simple réponse, presque monotone. Mon ton ne devait pas laisser échapper ma lassitude, il était des choses que je devais garder pour moi.

« Elle se trouve profondément enfouie peut être alors. »

Et finalement, ça n’avait plus vraiment d’interet la paix ? Ma curiosité pris le pas sur ma lassitude, et je découvrais ainsi qu’il venait de Volantis. Les cités Libres. Tellement de choses lues à ce sujet. Tellement de choses entendus. C’était une dose d’exotisme, et l’idée que nous aurions peut être du partir la bas, en Essos pour être tranquille. Mais non, il ne faudrait jamais abandonner Westeros. Le Conflans et le Nord comptaient sur nous. Enfin quoi qu’il en soit je restais calme, il ne voulait pas me tuer, j’en étais sure, et peu m’importait de mourir au fond… Ainsi je me présentais à lui. Telle que j’étais. Telle que je resterais. Catelyn Stark, née Tully, mère de Robb Stark le roi du Nord. C’était une présentation, officielle, et j’avais oublié depuis longtemps d’être la jeune Catelyn, que l’on ne connaissait que par son prénom.

Etait ce une légère ironie que j’entendais dans ses paroles… ? Je ne savais pas vraiment, mais toujours était il qu’il me tira un sourire. Un sourire fatigué certes, mais un sourire quand même.

« Ce n’est pas tant le monde qui soit petit, mais plutôt les rois qui sont trop nombreux. »

Peut être n’aurais-je jamais du dire ça… Mais mon fils n’aurait jamais du devenir le roi du Nord. Les Stark étaient les gouverneurs du Nord et c’était très bien comme ça. Jamais Ned n’aurait pris une telle responsabilité. Oui mais Ned avait été tué par son honneur…. Oh… Ned… Rien que de penser à lui, je me sentais envahie par la tristesse. J’essayais cependant de garder la tête haute. Et froide.

Et l’homme riait un peu des appellations qu’il devrait me donner. Peut être aurais-je du mal le prendre… ? Mais j’étais tellement fatiguée, tellement blasée que je laissais échapper un léger éclat de rire. Aussi bref fut il il fut salvateur.

« Catelyn. Appelez moi Catelyn. »

Et l’espace d’un instant je redevenais Catelyn, la jeune femme – plus si jeune, certes mais … ça ne se contrôlait pas ça – curieuse, et intéressée par la vie. La femme intelligente et cultivée, qui était ravie de converser avec quelqu’un venu d’ailleurs. Je redevenais l’être humain, et non la mère ou l’épouse. Oui, c’était salvateur comme je l’avais dis, c’était libérateur aussi. Et tandis que je m’asseyais à ses cotés, essayant de distinguer les traits de son visage, je lui demandais ce qu’il venait faire par ici.

« Je comprends. Et… effectivement l’endroit est assez violent, des rois se battent pour un trone qu’aucun ne finira probablement par avoir..  – je lissais un peu une meche de cheveux rebelles qui tentait de s’enfuir sous l’impulsion du vent , et je prenais quelques secondes supplémentaires pour répondre à sa question. – Disons que mon fils m’a envoyé en ambassade présenter ses hommages à Renly Baratheon. »

Et voilà comment tout était dit, sans trop épiloguer. Une pensée fugace passa cependant dans mon esprit.

«  Si l’envie vous prend de voyager vers le Nord après quelques jours ici, peut être pourrez vous vous joindre à nous, ne serait ce que sur un court chemin. Les routes ne sont plus vraiment sures. »

Bien sur, je n’imaginais pas devoir partir de maniere precipité dans quelques temps… Non, pas du tout. Enfin, de toutes les manieres nous verrions bien.

_________________

- ONCE UPON A TIME WE WERE THE LUCKY ONES-
but now, everything is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Aucune
REPUTATION :
78

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Lun 29 Juil - 11:18

Je me trouvais face à une sceptique. Elle n'allait pas être facile à convaincre que le calme et le repos pouvaient toujours se trouver n'importe où, même dans les endroits les plus improbables. Je n'allais pas non plus la convertir à ma religion, mais je pensais que parfois il n'était pas impossible que plusieurs croyances puissent se mélanger et travailler ensemble. C'était peut-être là le vrai secret de l'harmonie. Je préférais ne pas relever sa réponse, cela ne servait à rien d'insister je ne pourrais pas la convaincre. J'avais affaire à une femme lassée par le monde et les hommes qui l'entouraient, nostalgique de sa vie d'avant, lorsque son monde n'était pas en guerre. Je ne lui répondis que par un petit rire afin de clore ce sujet qui aurait put s'éterniser. La réponse qui suivit ne fit que confirmer ce que je pensais, je sentais comme une pointe d'ironie dans cette phrase, comme si ce système ne semblait pas lui convenir. Sur ce point je pouvais lui accorder que d'être dans un royaume où cinq rois se disputaient un trône pouvait sembler assez absurde. J'étais bien curieux de savoir comment un conflit de ce genre pouvait être né. L'origine devait sûrement être assez grave pour en arriver à déchirer un continent en morceaux, mais cela dit, et pour avoir suffisamment côtoyer nobles et têtes couronnées, il en fallait peu parfois pour faire éclater tout un monde.

« Et vous vous retrouvez entre ces rois, a essayé de contenter tout le monde bien malgré vous.»

Par chance, ma petite remarque sur les appellations la fit rire. Je n'aurais peut-être pas dû réagir comme ça, elle était potentiellement puissante, et si jamais ma remarque lui avait déplu aurait sûrement put commander mon arrestation ou ma mise à l'écart. Telle était la puissance du noble, sur une simple décision, elle pouvait faire en sorte que je quitte ce campement. Mais je savais qu'elle ne le ferait pas. Non elle ne semblait pas être ce genre de personne. J'étais même ravi de voir que finalement elle rentrait dans le jeu, m'autorisant à l’appeler par son prénom, c'était assez honorifique sachant que toutes les autres personnes présentes dans ce campement l’appelaient ''ma dame''. Devais-je le prendre comme un signe d'amitié? C'était peut-être un peu tôt, je devenais peut-être plus un compagnon, un semblable.

« D'accord, Catelyn. Voilà un bien joli prénom, qui va sûrement à la femme qui le porte.»

J'avais appris au cours de mes voyages que le meilleur moyen de survivre aux personnes influentes étaient la flatterie. Pas forcément dans le seul but de toucher leur ego si sensible ; mais simplement car cela les aidé à se satisfaire, à se convaincre qu'ils pouvaient être de bonnes personnes, et aussi à les dissuader de vous jeter aux cachots. Bien sûr, ce compliment n'avait absolument aucune valeur pour moi, je ne pourrais jamais voir à quoi ressemble la personne à coté de moi de toute façon. Mais si cela pouvait l'aider à se sentir mieux, à avoir une pensée un peu plus joyeuse que celle qui lui tournait en tête depuis un moment.
Elle m'expliqua alors la raison de sa présence ici. Tandis que moi je n'étais qu'un simple touriste de passage, elle était ici pour une raison bien plus officielle. Elle servait donc d'ambassadrice pour le compte de son fils. C'était une technique assez étrange, mais qui pouvait se révéler assez efficace après tout, encore eut-il fallut que le père fut en bons termes avec le roi Renly.


« Ainsi c'est l'homme qui dirige les troupes, et la femme qui joue les diplomates. Voilà un curieux ordre des choses. Sans doute avait-il peut d'être trop brusque.»

Elle était allée droit au but, sans faire de détour pour me l'expliquer. Elle connaissait sa mission et était prête à la relever. C'était une femme pleine de devoir et d'honneur, alors qu'à mes yeux cela semblait être une tâche presque routinière, pour elle cela semblait plus important. Comme si l'enjeu de cette mission diplomatique comptait plus que je ne pouvais le voir.

« Voit-il sa victoire déjà bien acquise pour préparer ses alliances aussitôt ? Votre fils doit soit être un grand guerrier et chef de guerre pour agir de la sorte, soit bien prétentieux. Mais ça seule vous pouvez le savoir.»

Elle prit alors la parole pour me faire une drôle de proposition. Une invitation à voyager avec elle ? Pourquoi pas après tout, comme elle le disait les routes n'étaient pas sûres, et si cela pouvait aider à combler la solitude. Peut-être attendait-elle de moi que je l'accompagne pour lui tenir compagnie, lui servir de faire valoir, de ménestrel qui pourra écourter le voyage. Si je pouvais en tirer quelque chose, autant accepter.

« J'avais d'abord prévu de me diriger vers le Sud, dont on m'a tant vanté la beauté de sa capitale et de ses falaises. Mais pourquoi ne pas faire un petit détour après tout, si cela me permet de découvrir de nouveaux horizons en bonne compagnie.»

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Tully - Epouse Stark
REPUTATION :
494

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Ven 9 Aoû - 8:07

Le calme et le repos. Si ils étaient aussi faciles à trouver, peut être que ma vie serait plus facile. Peut être que les choses seraient moins douloureuses. Mais j'étais tellement fatiguée, j'étais tellement lassée de tout ce qui se passait. J'aurais aimé me reposer. M'effondrer et pleurer. Mais c'était quelque chose qui n'était pas possible. Même aux Eryé avec Lysa je n'avais pu trouver le réconfort ni le temps. Non, seul mon père a Vivesaigues pourrait m'offrir ce réconfort la. Et je n'étais pas prête de le voir. Si tant est que je puisse effectivement le voir avant que la maladie et la vieillesse ne l'emporte. Oh Père. Cette pensée me fit également frémir. Mais par chance, cet homme m'apportait un réconfort que je ne sentais pas possible auparavant. Il était curieux, il respirait le mystère. Et il m'apportait une nouveauté que je n'aurais pas su refuser. Rafraichissant. C'était le mot que j'aurais cherché. Rafraichissant comme de la neige fraichement tombée après une sécheresse. Rafraichissant comme un verre d'eau après une longue marche ? Rafraichissant comme un gant humide quand la maladie nous prend. Je ne pouvais m'empêcher de lui sourire doucement. Il avait compris. Il y'avait trop de roi, Il y'avait trop de choses. Et je me retrouvais au milieu. Je baissais la tête, lasse.

« Et je me retrouve au milieu de ces rois, tentant de trouver le terrain d'entente qui rendrait tout le monde heureux. Qui me rendrait mes filles, et ma famille. »

Famille. Devoir. Honneur. Telle était la devise des Tully, et telle était la façon dont j'agençais ma vie. La famille avant tout. Et si Robb était assez stupide pour refuser d'échanger Jaime Lannister contre Sansa et Arya, je trouverais un autre moyen. Il y'avait toujours des autres moyens…

La réflexion du Volantien, sur les appellations me fit rire, et c'est après un bref éclat que je me présentais sous le simple nom de Catelyn. Quel intérêt de m'appeler Lady Stark quand Ned n'était plus. J'étais Catelyn Tully, épouse Stark, mère du roi du Nord, veuve de feu le gouverneur du Nord, main de feu le Roi Robert Baratheon… J'étais Catelyn et c'était bien suffisant. Je n'avais pas envie qu'une nouvelle personne vienne me donner du ma dame, ou autre chose. En revanche je grimaçais doucement à sa flatterie.

« Ou qui allait probablement très bien à la jeune fille que j'étais. »

La flatterie. Peut être n'avait il connu que ça ? Et même si cela m'avait fait grincer les dents, je ne comptais cependant pas lui en tenir rigueur. Je commençais au contraire déjà à lui raconter pourtant j'étais la. L'ambassade, ces choses la. Tout était important, et je prenais cette tache à coeur. C'était peut être l'une des seules manieres de sauver les filles. De sauver le Nord… Aussi. Le fait que je sois la en diplomate semblait choquer doucement le jeune homme, et arrangeant un peu le haut de ma cape, je lui répondais néanmoins, calmement.

« Robb a use guerre a mener, que je ne peux mener à sa place. Quand à la brusquerie, oui, je suppose que celle de ses bannerets n'aurait pas été agréablement acceuilli dans ce frais campement. »

Lord Karstärk et les autres étaient des gens du Nord… Et les gens du Nord étaient brusques, violents… Peu courtois. Les gens du Nord m'avaient fait peur à mes débuts la bas. Moi qui n'avait été que la jeune femme fragile des Tully de Vivesaigues. Heureusement Ned avait été la pour moi, et j'avais appris à apprécier la compagnie de beaucoup de ces hommes du Nord. … De maniere aucunement sous entendu. Il n'y'avait toujours eu que Ned dans ma vie.
La question du jeune homme me ramena sur terre, et une fois de plus je prenais le temps de lui répondre. Lui expliquer. Les choses en Essos étaient peut être différentes.

« A vrai dire, c'est pour acquérir cette victoire, qu'il prépare ses alliances. La guerre au Nord et dans le Conflans fait rage contre les Lannister, Et la désunion des autres prétendant au titre ne donne l'avantage qu'a celui qui a la plus grosse Armée. Mon fils n'a pas l'armée la plus importante, ni le plus de pièce d'or, mais il est motivé et a remporté toutes ces batailles jusqu'à présent. L'union avec le Roi Renly Baratheon serait une bonne chose pour eux deux. L'un récupérerait le trone de son frère, et l'autre régnerait sur le Nord comme le désirent ses conseillers. »

Et voila qu'aprés tout cela je lui proposais de se joindre avec nous sur le chemin du retour. Pourquoi pas… ? Cela pourrait être intéressant N'est ce pas ? Il serait agréable, et en echange il serait protegé. Je souriais un peu.

« La beauté du Sud, ne vaut pas les paysages parcourus de Rivieres du Conflans. Vivesaigues, Salvemer, Corneilla, toutes ces villes ont tellement à offrir. Mais, c'est une fille de la bas qui vous parle, la voix prise d'émotions. Vous avez encore bien entendu le temps de vous décider, moi et ma suite ne partons pas de suite, les affaires à régler ici risquent fort malheureusement d'être longues. »

_________________

- ONCE UPON A TIME WE WERE THE LUCKY ONES-
but now, everything is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Aucune
REPUTATION :
78

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Lun 9 Sep - 10:51

Qu’on le veuille ou non, les femmes avaient un rôle à jouer dans les guerres, un rôle aussi important que celui des hommes qui combattent, si ce n’est pas plus. Ce sont elles qui tirent les ficelles de la diplomatie, qui agissent dans les coulisses. C’est par ce pouvoir mystique dont elles seules ont le secret, qu’elles peuvent manipuler n’importe quel esprit, le soumettre à leurs charmes. Et cette dame Catelyn qui se tenait à côté de moi en était le meilleur exemple. Elle représentait à la fois la femme et la mère, deux pouvoirs à gérer, deux hautes responsabilités. Je compatissais à sa situation, elle était loin d’être la plus enviable. Le moindre faux pas pouvait conduire à un échec de l’ambassade, et conduire son fils à une défaite potentielle.

« Hélas, votre statut vous pousse à prendre part à cette guerre. Les femmes à la guerre ne sont-elles pas parmi les meilleures armes possibles ? »

Cela pouvait facilement se démontrer. Après tout, les règnes les plus remarquables étaient souvent ceux des femmes, car plus rares mais souvent plus impressionnant. Entre douceur, profusion et une main de fer.
Je l’écoutais donc me raconter l’histoire de cette guerre et les raisons de sa présence sur ce campement. Et plus elle m’en disait, plus je me perdais entre les tenants et aboutissants, ainsi que tous ces noms. Moi qui m’était habitué à vivre dans une seule cité, dirigée par un petit groupe de noble et de commerçants, je me retrouvais sur cet immense continent et il allait me falloir apprendre qui étaient les grands. J’en connaissais déjà deux, le roi Renly Baratheon, qui semblait donc n’être pas vraiment roi puisqu’il était en guerre pour le trône, ainsi que dame Catelyn. Mais je devais bien l’avouer, ce genre de choses m’ennuyaient, les guerres, les stratégies, la politique. Tout ça n’était que le paradis du mensonge et de l’hypocrisie. Cela me désintéressé tellement que je ne put retenir un bâillement. Il se faisait tard aussi, et cette petite histoire n’était pas faite pour vous garder éveillée. Ce comportement n’était pas vraiment correcte, je le reconnaissais, mais je n’étais pas un grand pratiquant des manières des nobles que j’avais tant essayé de fuir.


« Pardonnez-moi, mais toutes ces discussions de guerres, ces débats stratégiques, ça n’a jamais été ma tasse de thé. »

Par chance le sujet changea pour devenir plus léger avec la proposition de voyage de Catelyn. C’était très intéressant. Même si ma première idée de destination avait été le sud, je ne m’étais pas fait de carnet de route, ainsi mon programme pouvait être facilement changé ; et j’avais envie d’en apprendre plus sur elle, de découvrir un peu plus son histoire et son monde. Mais l’idée de devoir remonter dans un Nord en pleine guerre me tentait déjà moins. Je préférais m’accorder un temps pour la réflexion, puis cela allait aussi dépendre du temps que m’accordait le roi Renly pour rester ici, car son hospitalité allait bien prendre fin à un moment

« Oui, la proposition est intéressante, et je me ferais une joie de vous accompagner. Mais comme vous l’avez si bien dit, je m’accorde un temps de réflexion car d’après vos dire, l’ambiance au nord semble tout aussi…tumultueuse.
Mais cessons de parler des choses qui fâchent, dites m’en plus à propos de vous, je suis curieux d’entendre l’histoire d’une grande dame du nord. »


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Tully - Epouse Stark
REPUTATION :
494

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Mer 18 Sep - 17:50

Pourquoi un inconnu m'apportait il du réconfort ? Etait-ce justement parce qu'il n'était qu'un inconnu ? Quelqu'un dont je croisais la route une seule fois et qui n'attendait de moi rien d'autre qu'une conversation. Serait il venu à Winterfell à la belle époque de Ned, les choses auraient surement étés différentes. Mais Ned n'était plus, Robb faisait la guerre pour devenir le roi du Nord, et je n'étais qu'une vieille femme fatiguée et blessée par la vie. Pourtant j'étais la, et j'avais sur mes épaules le poids de la guerre de mon fils. Le poids de la vie de mes filles…. J'aurais pu soupirer. Un seul moment de faiblesse et j'aurais pu sauter par dessus cette falaise, pour mettre un terme à toute cette souffrance. Mais non, j'étais plus forte que ça. Et tant comptaient sur moi, que je ne pouvais me permettre la faiblesse, le repos, le réconfort. Il semblait le comprendre, cet homme, cet étranger. Et pour cela, il gagnait un sourire de moi. Fatigué et blessé, mais un sourire tout de même.

« Et si les hommes laissaient leurs femmes agir il y'aurait soit mille fois plus de guerres, soit une paix éternelle. Toutes les femmes ne sont pas de bonnes oratrices et de bonnes personnes. »

Il y'en avait une que je visais plus que les autres. Je n'avais pas besoin de citer son nom, mais nous savions bien que je finirais par la tuer… Ou du moins dans mes reves les plus fous, je serrais mes mains autour de son pale cou, et je la regardais défaillir, puis mourir sous mes yeux. Mais soit, je m'étais mise à parler un peu des stratégies militaires et de ces choses la, ce qui eut l'air de le fatiguer plus qu'autre chose, oh ben…. Je comprenais. Je souriais doucement à mon interlocuteur.

« Je suis navrée. Je ne voulais pas vous lasser. »

Et pour me faire pardonner et également parce que j'appréciais sa compagnie, pour le peu de moment passé à ses cotés, je lui proposais de se joindre a moins dans ma route pour le nord. Ce qu'il semblait accepter ou du moins, il prendrait le temps de réfléchir, je hochais un peu la tête. « Fort bien, cela dit je ne saurais vraiment que vous dire sur moi. Mon père est Lord Hoster Tully, le seigneur souverain du Conflans, une région au Nord d'ici que j'espère vous visiterais. Mon frère Edmure regne sur Vivesaigues, et ma soeur Lisa, est la veuve de feu la main du feu Roi. Offerte en Epousailles à Ned..à Lord Stark, j'ai quitté la chaleur pour me rendre au Nord, et régner sur Winterfell avec lui. Quant au reste, j'ai 5 merveilleux enfants. J'espere pouvoir vous les … Enfin, je suppose que j'en ai assez dit. » A me présenter comme ça, je me sentais subitement jeune fille, adolescente, me présentant de maniere plus légère que maintenant… C'était agréable. je souriais presque, un peu. « Je ne vois malheureusement que peu de choses à rajouter. »

_________________

- ONCE UPON A TIME WE WERE THE LUCKY ONES-
but now, everything is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Aucune
REPUTATION :
78

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Jeu 26 Sep - 22:14

C'était la discussion d'une sourde et d'un aveugle. Je sentais bien qu'elle serait difficile à convaincre. Mais peut-être qu'après tout c'était ma vision qui était erronée. Je ne connaissais encore rien de la vie en Westeros et tout cela semblait différent. Au lieu de prêcher ma bonne parole, il me fallait m'habituer à ce nouveau style de vie, le temps de mon voyage.

« Si vous le dîtes... après tout vous devez sûrement mieux les connaître que moi. »

J'avais beau prétendre m'être détaché de la vie de noble des Volantiens, je gardais quand même certaines habitudes, notamment les mauvaises. Un peu trop sûr de moi, hautain, aucune notion de protocole. Le seul qui pouvait s'appliquer à Volantis était celui du respect des esclaves pour les maîtres et les nobles. Pas vraiment ce à quoi j'avais été habitué dans mon enfance. Je devais apparaître bien étrange aux yeux de Catelyn, peut-être même irrespectueux. Allait-elle m'en tenir rigueur quant à sa proposition de venir avec elle ? Peut-être. Mais cela me ferait au moins comprendre comment il fallait réagir ici. Pour l'instant elle ne faisait aucun commentaire, cela devait très probablement la changer de l'extrême politesse des autres. Je me demandais bien ce qui pouvait la pousser à m'écouter, à rester assis là sur ce tronc à mes cotés.
Suite à ma question Catelyn m'en dit plus sur elle, ou du moins ce dont je me doutais. J'eus droit à une jolie reconstitution de son arbre généalogique, pas très intéressante. J'étais assez déçu à vraie dire, j'étais bien loin des grands récits que l'on racontait à Westeros. Les belles histoires aventurières, les princesses, les dragons ! Pour une fois que je demandais à ce que l'on me raconte une histoire, je m'attendais à un peu mieux mais soit. De plus, elle n'était pas non plus dénuée d'intérêt. J'avais bien remarquée qu'elle n'avait pas terminé sa phrase. Curieux. J'avais bien envie de la titiller là-dessus mais je sentais que c'était la corde sensible. Femme et mère à la guerre, dure vie.


« Je ne doute pas qu'ils doivent être charmants. »

Et ainsi un silence s'installa, forcément il n'était pas facile pour elle de parler librement, et je ne me voyais pas aggraver mon cas en lui imposant mes histoires qui l'ennuieraient sûrement. Je continuais d'écouter la mer, j'apercevais encore un peu les petites lueurs floues des torches en loin. Si seulement les médecins des Cités Libres connaissaient un moyen de rendre la vue. En parlant de Cités Libres cela m'inspirait une question.

« Dites-moi Catelyn, êtes-vous déjà allé à Volantis, ou une autre des Cités Libres ? »

Après tout, elle m'offrait de l'accompagner jusqu'à ce qu'elle retourne chez elle, je pouvais bien lui rendre la pareille en lui offrant la possibilité de découvrir ce qu'il y avait de l'autre coté du détroit.

« Bien sûr une fois que vous ne serez plus en guerre, je suis certains que la beauté des rues de Volantis, et les temples de Braavos vous impressionneraient vous et votre famille, si l'envie de venir vous en disez bien sûr. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Tully - Epouse Stark
REPUTATION :
494

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Dim 29 Sep - 10:08

Il n'était certes pas du tout respectueux des protocoles et de toutes ces choses la, mais bien honnêtement, c'était agréable. Certes il n'était pas de ce monde, il était d'un monde different, d'autres coutumes, d'autres meurs, d'autres choses… il était autre, et j'étais différente de lui moi aussi par bien des égards. Cela dit, ce n'était pas plus different qu'entre les coutumes du Conflans et celles de Dorne, ou… Enfin, de toutes les manieres lui parler me rafraîchissait l'esprit…Et j'appréciais ça. Même si nous n'étions pas d'accord lui et moi. Au fond c'était bien ce qu'il y'avait de mieux.

Ce fut quand il me demanda de lui parler un peu de moi, que je commençais à parler librement, me rappelant les bons moments, tentant d'oublier les mauvais… Je n'avais rien de transcendant à lui dire, je n'étais pas une princesse perdue, je n'avais participé à aucune guerre, c'était Eddard le héros, l'homme de la situation. C'était lui qui avait combattu pour Westeros, contre les guerriers du Dragon. C'était lui qui avait donné sa vie pour les convictions et l'honneur. Mon mari était le plus grand héros de Westeros quoi qu'en disent les legendes, quoi qu'en dise la façon dont l'épée avait finalement tranché sa tête. Mon mari était ….

Qu'importait. Robb suivait les traces de son père, et les autres, je préférais éviter d'y penser maintenant, c'était bien pour cela que je n'avais pas fini ma phrase a propos des enfants. Il n'insistait pas, se contentant d'une replique banale et basique.

« Ils le sont oui. » Un léger sourire sur mes lèvres, j'étais une mère fière de ses enfants, une louve protégeant sa portée… ? Et alors que je m'attendais à ce qu'il ne brise le silence d'une nouvelle question à mon sujet, je fus surprise de voir que sa question était plus… personnelle, et peut être un peu plus intéressante pour moi ? Doucement je secouais la tête.

« Je n'en ai effectivement jamais eu l'occasion. Mais je suis sure que ce voyage enchanterait mes enfants et moi même. » Pas vraiment Robb, il aurait fort à faire ici, et Sansa voudrait rester. Mais Bran, Rickon, et Arya bien sur, seraient forcement ravis de courir dans les rues de Volantis, de … Oh j'imaginais déjà Arya, cherchant a apprendre à se battre et Bran… regardant avec envie les murs qu'il ne pourrait plus jamais escalader ? Non, regardant les murs sur les quels il marcherait, ou se ferait porter par Hodor. Nous verrions. Oui c'était une belle et bonne idée. J'aimais beaucoup… Je…

« J'apprécie l'invitation. »

Et enfin… Nous verrions, si je survivais à la guerre n'est ce pas ? Non, pas de sombres pensées de ce genre, pas de … Un sourire. Juste un sourire, et sur nous la pluie commençait à tomber… Un éclair dans le lointain. Finalement l'orage approchait, plus vite que prévu…

« Peut être devrions nous… Rentrer nous mettre à l'abri ? »

_________________

- ONCE UPON A TIME WE WERE THE LUCKY ONES-
but now, everything is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Aucune
REPUTATION :
78

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Ven 4 Oct - 10:58

Je sentais dans sa voix un sourire. Plusieurs mois sans voir m’avaient appris à utiliser d’autre moyens pour comprendre les émotions de la personne, les changements sur son visage. L’avez-vous déjà remarqué vous aussi ? Lorsqu’une personne termine sa phrase par un sourire, la voix est plus aspirée, les mots plus longs et plus accentués, et cela se termine toujours en légèreté, comme un soupir. J’étais ravi qu’elle soit contente. Elle était si loin de chez elle, une pensée de ses enfants devaient sûrement lui apporter beaucoup de réconfort. Je m’imaginais déjà la scène, si je venais à l’accompagner jusqu’à son retour dans son Nord chéri. Tandis que je resterais en retrait comme l’étranger que je suis, elle passerait les portes de sa ville tandis que l’un d’eux serait posté en haut d’une tour, à guetter sa venue. Il verrait alors les chevaux, reconnaîtrait sûrement les bannerets et comprendrait que la guerre est finie, que mère est de retour. Et alors ils descendraient tous pour l’accueillir, d’abord très officiellement, puis en laissant ensuite leur joie exploser. Ils n’auraient plus qu’à attendre le retour du père, et la famille serait au complet. Cela me semblait être un très bon scénario oui, le contexte parfait pour une nouvelle histoire qui pourrait se raconter pour les enfants et les femmes rêvant d’une vie de famille épanouie.

Malgré ce qu’elle pensait, Catelyn était beaucoup plus inspirante qu’il n’y paraissait. En creusant un peu, son histoire pouvait devenir passionnant à condition qu’elle continue pour arriver à sa fin, plus quelques remaniements pour ne pas perdre l’audience. J’étais assez admiratif c’est vrai, une telle force de caractère, n’importe quelle autre personne aurait déjà pu craquer face à un éloignement prolongé des siens. Je comprenais qu’il fallait continuer sur cette corde, pour que la conversation ne sombre pas à la dépression. J’étais ravi qu’elle accepte ma proposition, les vrais voyageurs étaient rares au-delà du détroit, et pourtant ils ne savaient pas ce qu’ils rataient. Est-ce que cela faisait de nous des ‘’amis’’ ? Elle me propose un voyage, je lui en propose un en retour. Cela sonnait plus comme du commerce. Mais pour le plaisir de ses enfants, que pouvais-je bien y faire ?


« Comment s’appellent-ils ? Je suis bien curieux d’entendre à quoi ressemblent les noms des gens du Nord de Westeros . Vous verrez, il y a tant de choses à apprendre au-delà de notre réputation d’esclavagiste, heureusement nous ne sommes pas tous comme ça.»

Je sentis aussi les gouttes qui commençaient à tomber sur mon visage. Puis le bruit de tonnerre, le temps se gâtait. Comment s’appelait cet endroit déjà ? Les Terres de l’orage, est ce que cela devait être pris comme un mauvais présage ? Catelyn désirait rentrer. Forcément elle avait été habituée à une vie noble et un certain confort. J’avais erré dans le désert pendant des jours jusqu’à m’en brûler les yeux par le soleil, sans eau, sans abri, quelques gouttes venues du ciel ne représentaient aucune menaces pour moi, au contraire, c’était un cadeau à accepter. Mais je ne pouvais pas le lui refuser, j’étais bien curieux de continuer à discuter avec elle, je me levais et avant qu’elle parte posai ma main sur son épaule.

« Allez-y, je marche à vos côtés, j’ai juste besoin de vos pas pour me repérer. Même si j’avais pu voir, je n’aurais sûrement pas retrouver mon chemin de toute façon. »

Et nous commencions à rejoindre le campement pour nous mettre à l’abri dans les tentes, à la lumière des torches. Cela serait peut-être plus facile de parler avec de la lumière, elle pourrait voir mon visage à défaut de voir le sien.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Tully - Epouse Stark
REPUTATION :
494

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Mer 9 Oct - 11:23

J'avais été une épouse, j'avais été une mère, et pourtant je ne m'étais jamais sentie aussi faible qu'en ce moment. Perdue loin de mes enfants, séparée de mon mari, désormais assassinée sur ordre du tout jeune usurpateur au trone… Je n'étais plus grand chose, mais j'étais encore beaucoup finalement. Et partager ce que j'étais avec ce jeune voyageur venu de contrées que je n'avais jusqu'à présent qu'imaginé me donnait du baume au coeur. Notament en parlant de mes enfants. L'avait il compris ? Il semblait en effet avoir noté que quand je parlais de ma progéniture, je souriais, j'étais plus chaleureuse. J'étais leur mère et ils étaient ma vie. Ils comptaient pour moi, plus que quiconque excepté Ned, ne compterait jamais.  

Et voila que le jeune homme me demandait les noms de mes enfants. Pourquoi pas ? Il était curieux et poli. Il était sympathique et généreux, et m'avait même proposé de visiter son pays un jour. Ainsi me fendais-je d'un sourire, avant de reprendre la parole.

« Je ne doute pas qu'il y'ait plein de choses à apprendre su votre peuple, et vos cultures. » Je ne me faisais pas d'illusions, peut être qu'en Essos l'esclavage était monnaie courante, mais il y'avait bien plus à un pays, a un peuple que cette simple chose. « Mon ainé se nomme Robb, il est suivi de ma fille ainée nommé Sansa, et de sa cadette Arya, et mes deux plus jeunes fils se nomment Brandon, que nous appelons le plus souvent, Bran, et Rickon. » Et tous les cinq me manquaient affreusement. Surtout mon petit Rickon, et Brandon… Oh Robb, j'étais sure de le revoir sous peu. Bien sur, je ne parlais pas de Jon, il n'était pas mon fils, et il était peut être mort, la haut dans le froid du Mur. Peut être… Ça ne m'émouvait pas trop. Pas pour le moment… Plus tard peut -etre regretterais-je de l'avoir tant haï.

Mais voila que tombait la pluie… Commencant par de fines goutes qui ne tarderaient pas à devenir plus violentes. Ainsi valait il mieux retourner au campement. Cela semblait convenir a mon interlocuteur, qui en un simple geste et une simple phrase venait de me dévoiler son handicap, que je n'avais pas trouvé flagrant. Hochant la tête et agrémentant le silence d'un « Bien sur. » je commençais donc à marcher, m'assurant qu'il me suive. Il n'y'avait pas beaucoup de route à faire jusqu'à ce que les torches du campement n'illuminent nos pas, et alors que la pluie se faisaient de plus en forte je me rapprochais de la tête qui m'avait été assignée. « Souhaitez vous, vous joindre à moi pour continuer notre conversation, et partager un plat ? »  

_________________

- ONCE UPON A TIME WE WERE THE LUCKY ONES-
but now, everything is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Aucune
REPUTATION :
78

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Mer 16 Oct - 8:39

D’ordinaires les croyances voulaient que les gens du Nord soient des personnes aux manières brutales, pour qui la notion de courtoise avait plus à faire à une activité pour les dames nobles du Sud. Et pourtant, Catelyn arrivait à me surprendre. Elle savait accueillir, même quand elle n’était pas chez elle. Tous ses gestes, ses demandes, étaient empreint d’une grande sensibilité, quasi-maternelle, comme si elle se devait de protéger tout le monde. Catelyn Stark, la mère du monde.
Elle m’avait proposé de la rejoindre dans sa tente au chaud pour partager le repas et continuer de parler, une offre que je ne pouvais pas refuser. Non seulement car cela avait été proposé avec la plus grande sympathie, mais aussi car je devais l’avouer, l’endroit qu’on m’avait attribué pour séjourner n’était pas aussi luxueux et confortable que sa tente, et je n’avais pas encore eus le courage d’essayer la nourriture. Nous serions plus à l’aise au moins, à l’abri de la pluie et des oreilles indiscrètes.

« Ce serait avec plaisir, vous d’abord »

Je respectais cette confiance qu’elle avait pour moi. Malgré cette invitation nous restions toujours des inconnus, qui sait, j’aurais très bien put être un assassin, et la tuer dans cet endroit était sûrement la meilleure occasion qui se présentait. Mais elle me laissait entrer, dans cet endroit très intime, très personnelle, j’en étais honoré. L’intérieur de la tente était comme je l’espérais, majestueux malgré le côté rustique du logement. La toile prenait une teinte orangée, comme un brasier, grâce à la lumière des torches. Ici et là étaient posés plusieurs coffres en bois sculptés, armés de fer, très lourd. Un lit des plus convenables recouvert d’une fourrure pour passer le froid de la nuit, un luxe que seul mon manteau pourrait me procurer. Être la mère du Roi du Nord présentait quelques bons avantages, signe que les relations entre le roi Renly et les Starks étaient encore plutôt bons. Bien sûr vous vous demandez comment je peux être capable de tout ça. Une fois entré je m’étais laissé guider par Catelyn, touchant chaque paroi, chaque matière, devinant et estimant les couleurs et les formes. Chacun de mes pas résonnaient différemment selon quel tel ou tel meuble était placé. C’est à ce moment-là que ma vue me manquait le plus, voire une simple tache orange agrémentée de marron et flou n’avait rien de plaisant.
Je continuais un peu mon tour sans savoir où mettre, à la fois d’un point de vue spatial et d’un point de vue de pure politesse. J’attendais dans ce qui me semblait être le milieu de la pièce, attendant un signe de Catelyn.


« Du peu que je vois, cet endroit à vraiment l’air magnifique, c’est donc à ça que ressemble la tente d’une reine si je peux dire. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Tully - Epouse Stark
REPUTATION :
494

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Sam 2 Nov - 13:09

Après quelques pas sous la pluie menaçante, j'avais proposé à l'homme, au voyageur, à celui qui pourrait peut être devenir un confident et ami, de se joindre à moi sous ma tentes. Sans aucun sous entendus, ou aucunes mauvaises pensées.. C'était juste la proposition de continuer un agréable moment au chaud, si tant est que nous arrivions à allumer un feu. J'étais une fille de la contrée des rivières, j'avais l'habitude des orages, de l'eau et de la pluie, et j'avais vécu dans le nord, la où le froid était terrible. Cependant la pluie aurait pu me glacer jusqu'au sang tant j'étais fatiguée.

Mais il y'avait tant de choses à faire que je ne pouvais me reposer. D'autant que maintenant j'avais - si l'on peut dire - un invité. Qui essayait de se faire une idée de ma tente en touchant les différents endroits. Occupée à allumer un petit feu dans la coupe immense prévue à cet effet je le laissais prendre ses marques et ses reperes, avant qu'il ne reprenne la parole, et que je ne me releve satisfaite.

« Je ne suis et ne serais jamais une reine. Cependant je dois avouer que cette tente est plutôt confortable. Je l'apprécie également. »

Pour cela il fallait remercier Renly, qui me traitait en lady digne de ce nom, même si je suspectais sa femme de ne guère m'apprécier après notre rencontre de l'autre soir. Enfin, ça n'avait que peu d'importance, c'était Renly Baratheon qui m'intéressait pour notre accord, pas une simple princesse du bief.

« Asseyez vous où vous le désirez, vous devriez enlever votre manteau pour le faire sécher, et prendre une couverture si vous avez froid. Voulez vous que je fasse chauffer un peu de viande séchée ? Une boisson peut être ? »

Et j'agissais en mère de tout probablement… sous mon rude extérieur au fond, je n'étais vraiment que ça.

_________________

- ONCE UPON A TIME WE WERE THE LUCKY ONES-
but now, everything is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Aucune
REPUTATION :
78

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Mar 5 Nov - 14:03

Je sentais bien que mes allusions quant à son potentiel statut de reine l’agaçait un peu. Etait-ce si horrible sur ce continent que d’être une tête couronnée ? Nous qui vivions dans les cités-libres n’avions jamais connu ce système, toujours sous la coupe des marchands ou des nobles de la ville, et l’idée de pouvoir occuper le plus haut poste à soi-tout seul en étant roi en faisait souvent baver plus d’un. Pourtant c’était bien pour être roi qu’ils se battaient dehors non ? Peut-être juste le titre de reine était mauvais à prendre, rabaissant pour la femme, le faire-valoir de son époux. J’allais devoir m’y habituer, elle n’était pas reine, juste une dame, une grande dame de ce continent, et c’est tout. Quelle tristesse. Cela simple titre faisait d’elle une personne si classique, si terne alors qu’elle ne l’était pas, elle se démarquait des simples dames de cour.

« Pardonnez-moi, peut-être ne suis-je pas encore familier avec cette conception de roi et reine pour pouvoir donner ce genre de titre aux bonnes personne. Si ces personnes existent… »

Toutes ces petites guerres de pouvoir, c’était à si perdre. A défaut d’accepter un tel titre, Catelyn savait au moins reconnaître les avantages que cela apportait, qui refuserait un tel confort ? Même le plus sot des sot tomberait sous le charme d’un endroit aussi chaleureux, aussi confortable. Je me demandais bien pourquoi je n’avais pas revendiquer mon statut de noble de Volantis en arrivant ici, peut-être aurais-je put être logé dans une tente plus accueillante. Mais non, j’avais décidé de rejeter cette partie de moi depuis longtemps maintenant.
Sur invitation de Catelyn je me posais sur ce qui semblait être un fauteuil sous mes mains. Très confortable, le coussin en velours était rembourré avec quelque chose d’assez mou et qui en même temps soutenait le poids corps. C’était très agréable, cela me changeait bien de ce tronc d’arbre sur lequel je venais de passer quelques heures. J’essayais de me fier aux odeurs de l’endroit, on pouvait sentir les braises qui fumaient, bien sûr une effluve féminine qui se mariait parfaitement aux odeurs de la mer avoisinante, une légère odeur de nourriture, de viande. Tous mes sens étaient en éveil, si je pouvais m’exprimer ainsi. Catelyn était si avenante, si délicate, elle était prête à occuper toutes les tâches pour être sûr que son invité soit confortable. Je déclinais poliment ses propositions, c’était très gentil de sa part, mais je n’avais pas besoin d’une telle assistance.


« C’est très gentil de votre part, mais inutile de vous donner autant de mal. Vous savez, les nuits dans les déserts d’Essos sont sûrement aussi froides que vos journées d’hiver. Il suffit de laisser le temps à notre cœur de s’habituer. Le cœur ralentit, la respiration se fait plus calme, et tout finit par se réguler automatiquement. N’est-ce pas incroyable tout ce que nous savons faire naturellement mais que le confort et le progrès nous a fait perdre ? »

La solitude m’avait peut-être rendu quelque peu… direct. Le monde était rempli de merveilles que l’homme avait fini par oublier de lui-même, c’était regrettable. Mais lorsqu’il s’agissait de raconter ces merveilles qui nous entouraient, j’avais tendance à un peu m’emporter, raconter… ma véritable passion. Redonner aux gens les images que je ne pouvais plus que voir dans ma tête, voilà une des autres merveilles de l’homme, son esprit. Et je sentais que Catelyn en était pleine, d’esprit.

« Dîtes m’en un peu plus sur Westeros, je suis curieux. Comment se passent les choses ici, les arts, la culture ? A quoi cela peut bien ressembler ? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maison :
Tully - Epouse Stark
REPUTATION :
494

MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!) Sam 18 Jan - 14:37

Il n’était certes pas facile d’être roi. Du moins je le supposais. Mais une chose était sure, moi je ne l’étais pas. J’étais veuve de la main, et du seigneur de Winterfell. Mere du Roi du Nord, fille du suzerain du Conflans. Cependant je n’étais qu’une femme. Mais qu’importait tout cela. L’homme était courtois, même si il ne semblait pas saisir tous les concepts, et j’appréciais discuter avec lui. Il s’était installé sur un fauteuil, et je commençais à lui proposer à manger. L’instinct maternel frappait toujours avec les gens plus jeunes que moi. C’était magnifique au final peut être ? Magique même dirais-je. Mes enfants étaient éparpillés, mais je ne cessais jamais d’être une mere pour ceux qui le méritaient. sauf pour les batards

Cependant il déclina, faisant preuve une nouvelle fois de sagesse. Etait-ce parce qu’il semblait ne pas vraiment voir qu’il voyait réellement ? C’était fort possible, et j’esquissais un sourire. Qu’il ne verrait probablement pas, mais qui s’entendrait un peu dans ma voix.

« Je pense que le Confort en effet fait perdre à l’humanité beaucoup de choses dont elle dispose. Et que meme les plus humbles des hommes perdent la tête quand il s’agit d’en avoir toujours plus. A quelques exceptions prêt. »

Ned en était une. Je ne savais pas réellement si nos enfants le seraient, mais une chose était sure. Ned Stark mon époux avait toujours été un homme exemplaire. Enfin, quoi qu’il en soit, je préférais éviter encore et encore de penser à lui. Et je me concentrais sur la question de Talis. Les arts, la culture… ? Beaucoup de questions, aux quelles je n’étais pas sure finalement de bien pouvoir répondre. Je m’asseyais à mon tour.

«  A vrai dire, les arts sont plutôt simples vous savez. Les gens préfèrent jouter et festoyer que passer leurs temps à des chose qu’ils jugent futiles. Mais vous devriez croiser un mestre, ou un jeune barde, je suis sure qu’il y’en a un sur ce campement. Il vous aiguillera probablement mieux que moi. »

_________________

- ONCE UPON A TIME WE WERE THE LUCKY ONES-
but now, everything is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!)

Revenir en haut Aller en bas

Est-ce le bruit de la mer qui te porte jusqu'à moi?(Talismama!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter's Season :: Westeros :: LES TERRES DE L'ORAGE-
Sauter vers: